Connectez-vous S'inscrire
Biologie

Microbiologie : avec bioMérieux, le laboratoire du CH de Valenciennes vise l’excellence


Rédigé par Anaïs Guilbaud le Mercredi 9 Novembre 2022 à 12:20 | Lu 932 fois


Le 4 juillet dernier, le Centre Hospitalier de Valenciennes inaugurait son plateau technique de microbiologie nouvelle génération. Un projet mené en partenariat avec bioMérieux, leader mondial du diagnostic in vitro, visant à améliorer la prise en charge des patients sur le territoire mais également à répondre aux enjeux de santé publique que représentent la lutte contre le sepsis ou l’antibiorésistance.



La mise en place de la nouvelle ligne de microbiologie du laboratoire de l’hôpital de Valenciennes « marque une étape importante pour la prise en charge des patients du territoire ». Comme le souligne Rodolphe Bourret, directeur général de l’établissement support du GHT Hainaut-Cambrésis, avec une capacité d’analyse de 1500 échantillons par jour, ce projet imaginé il y a près de trois ans ancre désormais le centre hospitalier dans son statut de laboratoire de référence pour la prise en charge des pathologies infectieuses des établissements de santé du GHT et d’une partie de l’Artois.

Il faut dire que le plateau technique mis en place par les équipes bioMérieux se démarque par les équipements de pointe qu’il abrite, que ce soit en matière d’automatisation, de robotisation, d’imagerie, mais aussi d’intelligence artificielle. Autant d’innovations développées par le spécialiste du diagnostic in vitro. « Nous sommes passés d’une bactériologie du XXème siècle à une bactériologie du XXIème siècle », résume ainsi le Dr Gisèle Dewulf, cheffe du service de microbiologie du centre hospitalier.

Diagnostic plus rapide et plus précis

Si BACT/ALERT® VIRTUO®, la dernière génération d’automate d’hémoculture permet de détecter les cas de sepsis en temps réel 24h/24 et 7j/7, la chaîne robotisée WASP® – WASPLAB® est quant à elle capable de gérer de façon standardisée, dans ses étuves dites « intelligentes », le traitement pré-analytique des échantillons, l’ensemencement des cultures, la préparation des lames, l’incubation des milieux, tout en permettant aux techniciens de travailler sur des images très haute définition, à différents temps de culture.

« La prise en charge et la mise en incubation en continu et en temps réel des prélèvements est un réel gain pour les patients dont nous avons la charge. Le fait d’être aidés par les performances de ces étuves nous permet également d’identifier plus vite les bactéries. Dès 4 à 5h de culture, nous pouvons disposer d’identifications fiables pour orienter le plus vite possible nos médecins sur le bon traitement », poursuit la cheffe de service.

En complément de ces outils de culture bactérienne, le plateau technique de Valenciennes intègre désormais des techniques de biologie moléculaire de pointe permettant une approche syndromique, ou encore PhenoMATRIX™, un logiciel d’IA proposant une analyse particulièrement fine des milieux de culture  pouvant être couplée à des données cliniques telles que l’âge du patient, son sexe, son statut immunitaire. De quoi, là aussi, améliorer les flux de travail et être en capacité de prioriser les patients les plus fragiles.
 

Lutte contre l’antibiorésistance

« Ce qui a guidé nos discussions, ce n’était pas un gain de productivité net, mais de prendre des décisions dans l’intérêt du patient. On parle de pathologies pour lesquelles quelques heures, quelques minutes parfois, changent drastiquement le pronostic vital, et ce genre d’outils permet effectivement de gagner du temps sur le rendu d’un résultat », précisait d’ailleurs Antoine Bloch, vice-PDG de bioMérieux, lors de l’inauguration, évoquant notamment le sepsis, syndrome qui cause chaque année 11 millions de morts dans le monde.

Au-delà, l’acquisition d’un diagnostic plus rapide et plus fiable entend jouer un rôle prépondérant dans la lutte contre l’antibiorésistance, responsable pour sa part de plus de 120 000 infections et 5 500 décès par an en France*. Comme le rappelle le Dr Christian Cattoen, ancien chef du service de microbiologie de Valenciennes et responsable du comité de l’antibiogramme de la Société Française de Microbiologie, « tout l’enjeu d’équipements performants que l’on implante dans des laboratoires, comme ici à Valenciennes, c’est de pouvoir disposer de manière très rapide, non seulement d’une identification bactérienne, mais aussi d'un antibiogramme pour permettre au clinicien de réorienter une antibiothérapie empirique vers une antibiothérapie très sélective et adaptée au patient et à la bactérie isolée ». Un véritable enjeu de bon usage pour tenter de limiter la diffusion de pathogènes résistants.
 

Accès privilégié à l’innovation

« Outre ces équipements techniques, il nous semblait très intéressant de bénéficier de l’expertise de bioMérieux et de s’associer à un réel partenaire spécialiste du diagnostic microbiologique pour avoir un accès privilégié à l’innovation pour l’ensemble de nos patients », souligne enfin le Dr Dewulf, saluant au passage l’accompagnement dispensé par les équipes bioMérieux en amont de l’installation, malgré le contexte de crise sanitaire dans lequel le projet a été mené.

Car loin de se limiter à l’acquisition de nouvelles technologies, ce dernier est en réalité la première étape d’un véritable partenariat stratégique prévu pour durer, le CH de Valenciennes étant également devenu le premier centre d’excellence européen bioMérieux. « Nous avons beaucoup d’autres produits, d’autres innovations que nous avons envie de valider ici, avec le personnel du CH de Valenciennes, autour d’essais cliniques qui bénéficieront au groupe bioMérieux dans ensemble », explique Antoine Bloch.

« Pouvoir accéder à des services, des automates, des réactifs de nouvelle génération, pouvoir donner notre avis en tant qu’experts du diagnostic microbiologique sur le terrain, c’est une véritable opportunité », s’enthousiasme la cheffe de service. Et un moyen de contribuer à l’excellence scientifique et opérationnelle du Centre Hospitalier de Valenciennes, conclut pour sa part le Dr Hervé Bisiau, chef du pôle Biologie de l’hôpital.

*Source : Ministère de la Santé et de la Prévention

> Plus d'informations sur le site de bioMérieux

Article publié dans l'édition de septembre 2022 d'Hospitalia à lire ici.

Centres d’excellence bioMérieux

Le Centre Hospitalier de Valenciennes est le premier centre d’excellence bioMérieux à voir le jour en Europe. Un statut permettant aux établissements concernés de bénéficier des futures innovations technologiques, organisationnelles et scientifiques de l’entreprise, en contrepartie d’une participation à des recherches cliniques permettant d’en évaluer les bénéfices. Comme l’explique Alexandre Mérieux, PDG de l’entreprise : « L’idée est de pouvoir travailler au plus près des biologistes et cliniciens, en s’attaquant à des sujets d’importance en termes de santé publique comme le sepsis ou la lutte contre la résistance aux antibiotiques. La stratégie plus globale est d’être plus proche du patient. Nous, bioMérieux, investissons beaucoup en R&D, et plus proches nous serons des praticiens du laboratoire, meilleur sera notre retour d’expérience pour améliorer notre offre ».
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

Immeuble Newquay B / B35
13 rue Ampère
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris