Connectez-vous S'inscrire
Le magazine de l'innovation hospitalière
Hygiène

Un Escape Game pédagogique pour le CHU UCL Namur


Rédigé par Aurélie Pasquelin le Lundi 6 Novembre 2023 à 10:27 | Lu 1157 fois


En Belgique, une des équipes d’hygiène hospitalière du CHU UCL Namur a mis à profit la semaine de la Qualité pour organiser une session pédagogique sous la forme d’un escape game. Plébiscité par les professionnels soignants, le format est désormais régulièrement utilisé pour des formations réalisées au sein du Centre de simulation de l’établissement. Nous découvrons ce nouvel outil avec le Docteur Christine Laurent, médecin hygiéniste.



Cela fait plusieurs années que vous exercez au sein de l’équipe d’hygiène hospitalière du site de Godinne, au CHU UCL Namur. Pourriez-vous nous présenter votre service ? 

Dr Christine Laurent : Le CHU dispose en effet de trois sites hospitaliers ainsi que d’un réseau intégré de soins et de services, tous situés dans la Province de Namur. Sur le site de Godinne, l’équipe d’hygiène hospitalière est composée de trois professionnels : moi-même en tant que médecin hygiéniste, partageant mon temps entre cette équipe et des fonctions scientifiques en lien avec l’Université Catholique de Louvain ; Patricia Bavay, infirmière relais en hygiène hospitalière et chargée du partenariat avec les écoles d’infirmiers, et Dominique Calmant, également infirmière, qui a récemment rejoint l’équipe et qui entamera son certificat en hygiène hospitalière à la rentrée 2023. Notre équipe peut en parallèle compter sur un réseau d’une trentaine de référents en hygiène hospitalière. Particulièrement dynamiques, ils sont positionnés au sein de chaque unité de soins et prennent souvent part à nos réflexions et actions. 

Quelle place occupe la formation dans vos activités ? 

Elle en est une base importante, comme dans tout service d'hygiène hospitalière, car elle permet aux professionnels de santé d’acquérir les connaissances nécessaires à la mise en œuvre des bonnes pratiques de prévention du risque infectieux. Ces derniers temps, en écho à la campagne nationale organisée en Belgique autour de l’hygiène des mains, nous sommes intervenus dans les unités de soins pour sensibiliser les soignants à cette problématique ô combien importante. Nous pouvons ici mobiliser plusieurs outils : la formation « classique », bien sûr, mais aussi d’autres formats développés au fil des années, tels que le e-learning et, plus récemment l’escape game. 

Pourquoi avoir plus particulièrement choisi ce dernier format ? 

Il y a quelques années, Stéphanie Mandelaire, l'une de nos référentes en hygiène, avait proposé pour son service une formation sous la forme d’un jeu, transformant littéralement l'hôpital en « Fort Boyard ». Cette approche a suscité un engouement fort et s’est étendue à d’autres services de soins : plusieurs jeux ont été développés par nos référents en hygiène et organisés au sein de leur service. Nous avons souhaité rebondir sur cette dynamique et aller plus loin. À l’automne 2022, alors que nous préparions la semaine de la Qualité, nous avons invité les référents en hygiène à participer à la création d’une formation s’inspirant du concept de l’escape game. Trois se sont portés volontaires : Stéphanie Mandelaire, référente pour le service de brancardage, Mathilde Vanbesien, référente pour le service de gériatrie, et Lesly-Ann Vankerkhoven, référente pour le quartier opératoire. Ensemble, nous avons construit un scénario et des indices, mais aussi imaginé et aménagé le lieu où cette animation (NDLR : La découverte des thématiques abordées faisant partie du jeu, nous laissons volontairement planer le mystère…)  pourrait prendre place. 

Comment a-t-elle été accueillie par les professionnels de santé ?

L’engouement était bien réel, avant même l’arrivée de la semaine de la Qualité ! Alors que nous avions prévu neuf plages de formation et la possibilité de s’inscrire par groupes de quatre, nous étions complets bien avant le début de la semaine et, malgré la constitution d’une liste d’attente, tout le monde n’a pas pu passer : nous ne disposions en effet que d’une semaine seulement pour proposer l’escape game. Parallèlement, j’ai eu l’occasion d’intégrer l’équipe du Centre de simulation récemment fondé par le CHU UCL Namur sur le site de Godinne. C’était l’occasion toute trouvée pour pérenniser cette action, mais aussi pour ouvrir l’escape game à tous les professionnels du CHU, quel que soit leur site d’exercice. Ses modalités pratiques ont également été repensées. Un nouveau co-formateur, Pierre Patigny, Psychologue de formation, s’y est associé. Il travaille notamment sur les interactions et la communication inter-équipes. Nous avons aussi élargi la durée de la formation à deux heures, contre une heure et demie auparavant. Ce temps supplémentaire est dédié au débriefing, qui nous permet d’échanger avec les participants et d’approfondir certains éléments pédagogiques. 

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur l’intégration de l’escape game au Centre de simulation ?

Ce Centre s’est révélé être un outil réellement intéressant pour ce type de démarche. Bien qu’il soit « seulement » composé de trois salles de formation et d’une salle de débriefing, il met à disposition tout un panel d’outils utiles, allant des caméras aux mannequins, en passant par des écrans, du matériel pour les formations procédurales, etc. Notre technicien en simulation, Axel Baily, est également présent sur site et apporte une aide précieuse. Dans le cadre de l’escape game, nous utilisons des salles équipées de vitres sans tain, de micros et de caméras, afin que les formateurs puissent interagir avec les participants sans pour autant interférer dans le jeu. Mais le Centre de simulation autorise de nombreuses autres applications. Nous disposons au sein du CHU d’une trentaine de formateurs en simulation, issus de tous les services de soins, et le Centre est utilisé pour organiser tous types de formations.

Comptez-vous développer d’autres actions en lien avec ce format de l’escape game ?

Il s’agit sans conteste d’un outil de formation intéressant car sa dimension ludique permet d'acquérir des connaissances tout en passant un moment agréable. Bien qu’il soit encore un peu tôt pour évaluer l’impact réel de ce nouveau mode de formation sur les pratiques des équipes soignantes, on peut déjà en ressentir les effets positifs en matière de communication et d'interactions inter-équipes. Il serait donc, à mon sens, tout à fait opportun de poursuivre ce type d’initiative, tout en l’intégrant dans notre panel de formations plus « classiques ». En ce qui concerne l’escape game actuel, en place depuis six mois maintenant, nous comptons renouveler les sujets traités d’ici quelques mois, pour l’inscrire dans une thématique annuelle et lui permettre ainsi de compléter notre offre de formation. L’escape game n’en représente qu’un élément, mais il est enthousiasmant à bien des égards : il a été développé en lien étroit avec les référents en hygiène hospitalière, a suscité des retours très positifs de la part des apprenants, a mené à la pérennisation d’une initiative qui n’avait initialement pas vocation à durer autant… et amène chaque jour un peu plus de professionnels à se pencher sur les problématiques liées à la prévention du risque infectieux !

> Article publié dans l'édition de septembre d'Hospitalia à lire ici.
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

Immeuble Newquay B / B35
13 rue Ampère
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr