Connectez-vous S'inscrire
MENU
SIS

La télémédecine au coeur d'un rapport, publié par e-Meuse santé et l'Université de Lorraine


Rédigé par Rédaction le Mardi 16 Janvier 2024 à 15:42 | Lu 784 fois


C’est l’aboutissement d’un investissement au quotidien sur la télémédecine mené depuis trois ans par le programme e-Meuse santé au sein des départements de la Meuse, de la Haute-Marne et de la Meurthe-et- Moselle en réponse aux difficultés d’accès aux soins. E-Meuse santé a publié son rapport sur la télémédecine qui s’appuie sur les évaluations réalisées par l’Université de Lorraine : « Préconisations et mesures pour la réplicabilité du déploiement territorial de la télémédecine ».



Ce rapport contient 12 recommandations faites aux acteurs des territoires pour y favoriser le déploiement et la pérennité de la télémédecine. Il est fondé sur l’évaluation d’expérimentations d’une quinzaine de sites installés sur trois départements du Grand-Est (Meuse, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle), couvrant une configuration variée d’accès aux soins et à la santé, de la zone rurale à la ville. Des territoires tous confrontés chacun à leur manière à la désertification médicale.

Son élaboration a été réalisée à l’issue d’un processus de concertation et d’enrichissement itératif lors d’une série d'ateliers et d’entretiens, qui ont impliqué les acteurs économiques partenaires d’e-Meuse santé, les professionnels de santé, les élus locaux et les représentants de patients. Le document décline une offre de propositions opérationnelles nécessaires à la gestion et au développement de réseaux territoriaux de télémédecine. Il démontre que bien conçue, bien déployée, la télémédecine est un outil efficace qui offre des solutions d’accès aux soins à des milliers de Français démunis devant la pénurie de soignants et permet aux personnes sans médecin traitant de pouvoir retrouver un parcours de soin satisfaisant.

Le rapport révèle deux prérequis essentiels au succès de la téléconsultation dans les territoires :
  • Une offre conçue en appui et au service des professionnels de santé du territoire concerné
  • Une offre qui fasse l’objet d’une mobilisation des acteurs du soin et de l’accès aux soins des patients, dans le respect du rôle, du statut et des expertises de chacun.
     

Les recommandations du rapport incluent par exemple :

• Une collaboration renforcée avec les médecins traitants et les professionnels de santé pour pérenniser les projets existants et soutenir la création de nouveaux sites de téléconsultation ;
• Un modèle de financement dissociant ce qui relève du soin et de l’accès aux soins, ouvrant ainsi la possibilité de nouvelles formes d'implication aux collectivités territoriales
• Une gouvernance et une animation de la politique de l’accès aux soins animée par les CPTS
• Une revalorisation de la fonction des « téléassistants » en s’appuyant sur leur contribution à l’accès aux soins
• L’élargissement du réseau de sites de télémédecine à la médecine spécialisée (téléconsultation de spécialité, téléexpertise et télésurveillance) et à la prévention (médecine du travail, médecine scolaire, opérations nationales de dépistage...)
• La mise en place d’une plateforme commune facilitant les usages et la prise de rendez-vous
• Le développement d’une offre de formation où interagissent tous les acteurs du projet.de télémédecine
• Une expérimentation sur trois ou quatre départements d’une durée de trois ans, associant les collectivités et les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS).

Le rapport préconise également une clarification de l'offre de télémédecine avec des cahiers des charges et des méthodologies matures et validées aujourd’hui disponibles grâce aux expérimentations.

Il propose de nouveaux modèles (organisationnels, financement...) ouvrant un champ d’action important aux territoires pour les politiques de l’autonomie et du maintien à domicile. La télémédecine peut être un outil majeur de la coordination du modèle économique de la santé et de celui du médico-social, en s’inscrivant notamment dans les politiques de prévention et des départements.

D’ores et déjà les travaux d’e-Meuse santé réunis dans ce rapport ouvrent des perspectives intéressantes d’enrichissement et de partage de ces orientations, de déploiement et de réplicabilité au niveau national. La démarche que pourrait suivre le Grand Est doit trouver une portée nationale et nourrir la réflexion de tous les acteurs concernés, État, associations de patients, professionnels de santé, collectivités locales.

La télémédecine mérite une mobilisation de tous autour des bonnes pratiques. Elle a toutes les qualités pour s’intégrer aux solutions qui permettront de répondre collectivement aux défis de l’offre de soins dans les prochaines années.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






CONTACT

HOSPITALIA

Immeuble Newquay B / B35
13 rue Ampère
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr