Connectez-vous S'inscrire
Le magazine de l'innovation hospitalière
Confort

L’intégration par le jeu, le pari réussi du CH de Valenciennes


Rédigé par Joëlle Hayek le Mardi 7 Février 2023 à 14:05 | Lu 1372 fois


Au Centre Hospitalier de Valenciennes, l’intégration des agents nouvellement embauchés aux Pôles URAMU et SSR est un réel jeu de piste – au sens littéral. Convaincus qu’il s’agit là d’une étape primordiale pour assurer la réussite du parcours professionnel, les encadrants ont mis en place une approche inédite prenant la forme d’un escape game. Une initiative très positivement accueillie et qui suscite bien des envies…



© Direction de la Communication - CH de Valenciennes
© Direction de la Communication - CH de Valenciennes
« Cela fait déjà quelques années que le Pôle URAMU se préoccupe des modalités d’intégration des nouveaux collaborateurs. Le processus existant était toutefois assez classique, il s’agissait de simplement visionner un diaporama. Pour mieux répondre aux attentes des nouvelles générations, nous avons souhaité mettre en place un dispositif plus ludique, afin de permettre la découverte de nos différents services tout en développant l’esprit cohésif à l’échelle du Pôle », raconte Caroline Flavoni, cadre de santé en Réanimation. Les encadrants du Pôle ont donc eu l’idée d’un processus d’intégration par le jeu, prenant la forme d’un escape game. « Nous avons en effet une appétence particulière pour tout ce qui a trait à la simulation en santé, une pédagogie active avec de réels bénéfices sur l’apprentissage. Nous avons néanmoins souhaité construire un dispositif affranchi des strates hiérarchiques, afin que tous les participants, quel que soit leur grade, soient sur un pied d’égalité », poursuit Céline Cafede, cadre de santé dans l’Unité de surveillance continue.
 
« Nous voulions créer une journée un peu hors du temps, qui permettrait de sortir du quotidien. En faisant le choix d’une approche intégrative et à laquelle tous peuvent adhérer, nous pourrions ainsi proposer un vécu différent, pour faciliter les premiers pas des nouveaux arrivants au sein de notre établissement », ajoute Valentin Van Huffel, cadre de santé pour les soins intensifs post-opératoires, le plateau technique et l’anesthésie. Une fois le projet arrêté, tous trois réussissent à le mettre en place en deux mois seulement, organisant une première journée d’intégration sous le nouveau format dès la fin août. Depuis, deux sessions supplémentaires ont eu lieu avec, à chaque fois, l’accueil d’une dizaine de nouveaux venus.

Une entrée en matière placée sous le signe de la convivialité

La dynamique est désormais bien rodée. Les professionnels concernés reçoivent d’abord une invitation électronique les conviant à cette journée particulière. Le jour J, l’un des cadres les mène au lieu de rassemblement, une salle de réunion mobilisée pour l’occasion. « Nous commençons par un jeu ‘brise-glace’ pour favoriser les échanges informels et justement ôter les barrières pyramidales évoquées précédemment », détaille-t-elle. Les participants partagent ensuite un petit-déjeuner dans une ambiance toujours très conviviale, avant que le top départ ne soit donné pour l’escape game. « Nous avons ici retenu un mode dématérialisé, avec une application disponible sur les smartphones professionnels. Ce choix nous semblait non seulement être en meilleure adéquation avec les enjeux de Développement Durable, tout en offrant plus de souplesse », précise Valentin Van Huffel.

Trois scénarios avec des missions à énigmes

Trois scénarios autour du parcours patient ont été construits par les encadrants, afin d’éviter que les équipes de joueurs ne se trouvent au même endroit au même moment. « Chaque groupe fait face à une situation bien précise et doit dès lors mener plusieurs missions à bien. Les énigmes proposées couvrent différents champs ; certaines sont à caractère ludique, d’autres sont en lien avec les pratiques soignantes ou le projet de pôle », ajoute-t-il. Une fois l’énigme résolue et donc la mission accomplie, les joueurs scannent un QR code affiché au sein de la zone concernée, ce qui permet de débloquer la mission suivante. « Nous avons sciemment voulu les faire circuler dans tous les services qu’ils seront amenés à parcourir au quotidien, afin qu’ils apprennent à bien se repérer au sein de l’établissement », complète Céline Cafede. Par exemple, l’un des scénarios proposés porte sur le cas d’un patient arrivant aux urgences via le SMUR, et pour lequel des examens d’imagerie se révèlent rapidement nécessaires. Son état se dégrade, il est pris en charge par le service de réanimation avant d’être transféré aux soins intensifs. Mais il a besoin d’une voie profonde, à aller récupérer au plateau technique, et d’un antibiotique à collecter à la pharmacie. Le malade s’améliore et est accueilli au service de médecine polyvalente. Il a néanmoins besoin d’être transfusé, une action qui envoie les joueurs à l’Établissement Français du Sang (EFS). Direction, enfin, le service SSR et fin de la mission.

Des participants « agréablement surpris »

Ce parcours somme toute sportif – « nous précisons désormais qu’il serait opportun de venir en baskets », sourit Valentin Van Huffel – est entrecoupé d’une pause méridienne, autre temps de convivialité où tous se retrouvent autour d’un repas. Si les conditions météorologiques le permettent, le jardin jouxtant le service SSR a ici la préférence des encadrants. « Ce moment de partage se veut une fois de plus libre et ouvert. Les sujets évoqués sont à chaque fois très variés et participent au tissage de liens entre les nouveaux arrivants et le personnel déjà en exercice », note Céline Cafede. Le jeu reprend après cet interlude pour finaliser les dernières étapes, puis les participants sont réunis pour un débriefing visant notamment à recueillir leur ressenti sur la journée. « Nous demandons systématiquement que soit formulé au moins un axe d’amélioration, afin de réajuster notre approche si nécessaire », poursuit-elle. Mais les retours sont à ce jour très satisfaisants : « les participants sont agréablement surpris par ce format nouveau, auquel ils ne s’attendaient pas », explique Caroline Flavoni. Attentifs à ce que l’expérience soit la plus positive possible pour tous, les porteurs de projet ont pensé à tout, y compris aux petits cadeaux remis aux joueurs à l’issue de la journée. « Des scores sont calculés dans le jeu en fonction du temps de réponse à l’énigme. Tout le monde est récompensé à la fin, mais l’équipe arrivée en premier a un cadeau un peu plus conséquent. Cela pimente un peu plus la démarche et constitue un défi supplémentaire », ajoute Valentin Van Huffel.

Les professionnels en exercice également intéressés

Le processus a également piqué la curiosité des professionnels en exercice au sein du Pôle ou dans les secteurs support, comme la pharmacie ou le plateau d’imagerie. « Nous leur avons présenté l’initiative, afin qu’ils ne soient pas surpris par l’installation des QR codes et l’arrivée des joueurs. Beaucoup nous ont fait part de leur envie de bénéficier d’un dispositif similaire », poursuit-il. Les encadrants du Pôle ont donc désormais d’autres idées, par exemple pour proposer des formations continues via l’escape game. « Cette première expérience a assurément ouvert de nouvelles perspectives pour développer de nouveaux modules pédagogiques plus ludiques, et capitaliser ainsi sur ce que nous avons réussi à mettre en œuvre pour l’intégration des nouveaux arrivants », souligne Caroline Flavoni. « Il y a, à Valenciennes, un réel intérêt pour toutes les technologies numériques, qui y trouvent aujourd’hui de nombreux domaines d’application. Nous avons la chance d’être tous équipés avec des Smartphones, très utiles pour faciliter les échanges et renforcer ainsi la continuité des soins. Mais nous pouvons aussi leur trouver d’autres usages, et comptons bien saisir ici toutes les opportunités qui se présenteront à nous ! », conclut Céline Cafede.

Article publié dans l'édition de décembre 2022 d'Hospitalia à lire ici.
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter