Connectez-vous S'inscrire



Actu

Grand débat national : le CNOM ouvre un espace numérique pour recueillir les propositions des médecins


Rédigé par Rédaction le Jeudi 21 Février 2019 à 14:39 | Lu 633 fois


Dans le contexte du Grand débat national et à l’approche de l’examen au Parlement du projet de loi « Ma Santé 2022 », le Conseil national de l’Ordre des médecins ouvre, sur son site internet, un espace d’expression destiné à recueillir les propositions des médecins.



Tous les médecins exerçant en France pourront répondre à des questions ouvertes de l’Ordre sur leur exercice, notre système de santé et le projet de loi « Ma santé 2022 » à l’adresse suivante : https://www.conseil-national.medecin.fr/vos-propositions 

Alors que le Grand débat national montre une nouvelle fois que la santé fait partie des préoccupations majeures de nos concitoyens, et que l’accès aux soins est un enjeu clé de cohésion nationale, le Conseil national de l’Ordre des médecins invite l’ensemble des médecins à participer pleinement aux débats en cours. 
Afin de recueillir leur avis sur notre système de santé, sur leur exercice, et sur leur expérience en tant que professionnel de santé, le CNOM a ouvert un espace d’expression hébergé sur le site du Conseil national, sur lequel les médecins pourront réagir aux positions défendues par l’institution et partager leurs propres propositions. 

Cet espace sécurisé, auquel tous les médecins ont désormais accès à l’adresse suivante, https://www.conseil-national.medecin.fr/vos-propositions, comprend six questions ouvertes posées par le CNOM : 
  1. Dans le cadre du grand débat national, quels messages voudriez-vous porter en tant que médecin ?
  2. Le projet de loi « Ma Santé 2022 », visant à transformer notre système de santé, sera prochainement examiné au Parlement. Quelles sont, d’après-vous, les points à réformer de manière prioritaire ?
  3. Sur la formation, si vous deviez transformer le système avec une mesure prioritaire, quelle serait-elle ? Et si vous deviez porter d’autres mesures, quelles seraient-elles ? 
  4. Sur l’organisation territoriale des soins, si vous deviez transformer le système avec une mesure prioritaire, quelle serait-elle ? Et si vous deviez porter d’autres mesures, quelles seraient-elles ? 
  5. Sur le numérique en santé et la télémédecine, si vous deviez transformer le système avec une mesure prioritaire, quelle serait-elle ? Et si vous deviez porter d’autres mesures, quelles seraient-elles ? 
  6. Sur la démocratie sanitaire, si vous deviez transformer le système avec une mesure prioritaire, quelle serait-elle ? Et si vous deviez porter d’autres mesures, quelles seraient-elles ? 

Le CNOM utilisera ses différents canaux de communication (newsletters, Bulletins de l’Ordre, publications sur Twitter...) pour promouvoir cette initiative auprès des médecins. En outre, le Dr. Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des médecins, a écrit à l’ensemble des médecins pour les inviter à se saisir de cet outil et à se mobiliser dans le cadre du Grand débat national. 

Les médecins pourront y participer jusqu’au 15 mars 2019, date de clôture du Grand débat national. 

Les contributions seront alors analysées puis synthétisées. Elles renforceront les propositions défendues par l’Ordre des médecins et nourriront le Grand débat national. L’institution ordinale portera haut et fort la voix de la profession devant les pouvoirs publics. 

« Les médecins savent mieux que quiconque les difficultés qu’engendre notre système de santé, aujourd’hui à bout de souffle. Tous les jours, dans leurs cabinets, leurs services, aux urgences, ils sont les témoins des craintes de leurs patients, voire de leur colère, face aux difficultés dans l’accès aux soins, déclare le Dr Patrick Bouet, Président du CNOM. Tous les jours, alors que leur exercice est rendu difficile et épuisant par les pesanteurs d’un système de santé sclérosé, les professionnels de santé continuent de le porter à bout de bras, au service de vos patients. Conscient des difficultés auxquelles ils font face, conscient de l’importance de leur rôle auprès de leurs patients, je veux les inviter dans ce moment charnière à prendre pleinement part au Grand débat initié par le Gouvernement, en participant aux réunions organisées dans leurs territoires pour y représenter la profession de médecin dans sa diversité, et les valeurs éthiques et de dévouement qui la rassemblent. » 
 
Grand débat national : le CNOM ouvre un espace numérique pour recueillir les propositions des médecins







1.Posté par alain leboeuf le 02/03/2019 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

comment accéder aux différents commentaires ?
merci.

2.Posté par alain leboeuf le 04/03/2019 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

peut-on avoir, de la part du CNOM , les différents commentaires du grand débat national de chaque confrère pour éventuellement proposé son propre commentaire et le faire partager à tous nos pairs médecins dans un but de modernité de l'institution ordinale départementale régionale et nationale française au niveau européen ( par exemple) .??

3.Posté par GALMICHE-ZELLER Blandine le 05/03/2019 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est urgent de redonner une formation "d'apprenti carabin" aux étudiants en médecine dès la première année avec accompagnement d'un chef de clinique ( ce qui est leur rôle !!) qui leur apprenne la clinique avec le contact permanent avec les patients, comme ce que nous connaissions avant mai 1968, ce qui leur redonnera l'humanité nécessaire à l'exercice de notre métier, sachant que la technique ne reste que du chapitre des examens complémentaires ...complémentaires de quoi?? de l'examen clinique !! et surtout cela leur donnera de l'assurance pour s'installer et reprendre notre clientèle.
En effet, le problème des déserts médicaux n'est pas un problème d'argent ....mais un problème de TROUILLE...ils ont peur de travailler seuls, peur du procès...peur du colloque singulier avec le patient....c'est principalement pour cette raison que je n'ai pu DONNER ma clientèle ...en or pourtant !!
Lorsque je me suis installée en libéral, deux mois après ma thèse, j'avais l'impression de posséder de bonnes bases, même si j'avais conscience d'avoir à apprendre encore tous les jours, mais on se posait moins de questions je pense, on a nous-mêmes inventé la médecine de groupe, jaloux de vouloir rester indépendants, et plus enclins peut-être à financer notre outil de travail.... on nous faisait confiance, avec moins de flicage !!.....

4.Posté par Alain Leboeuf le 05/03/2019 20:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci à notre consoeur pour son commentaire.

voici ce que je propose , sachant que celui qui a choisi ce métier ,à mon avis , ne peut pas avoir peur de quoique ce soit sinon de la malveillance éventuelle, si elle existe .

nota bene : je trouve, quand même , que le site du grand débat national de Monsieur le Président français E Macron au niveau du CNOM aurait pu se présenter à une date plus précoce .

pour faire vite : l'argument théorique de la permanence des lois de la Nature est celui qui revient le plus souvent .
Ainsi l'antériorité n'est pas une marque de supériorité , (digression )
donc nous sommes obligé , chacun de nous d 'inventer .

tout d 'abord nous avons l'Europe .
****************************************
donc dissolution de tous les Ordres professionnels , comme l'avait proposé le président défunt Miterrand dans ses 100 propositions en 1981 avant
d être nommé président .Le fait de ne pas l'avoir fait a simplement fait créer par le Pr Coeur du chu de lyon : l'UNAMDOR qui a beaucoup travaillé le nouveau code de déontologie dans la nouvelle europe médicale.

la cotisation se verrait dimunuée de 1/2 ce qui fait une grosse économie

ou alors gardons le titre de"ordre", si on veut ( bien que cela n'en soit pas un ?? je pose la question ? et comme la justice, dont l'ordre devrait , sic, être dissous aussi , il n'apparait rien de divin dans le terme et le sacerdoce. (cf 1943) .

Obligation de transparence ( mieux que cette modernité qui rend les séances publiques, que peu de gens du public sont intéréssés sinon leurs problèmes personnels)

Transparence, départementale , régionale et nationale obligatoire informative, de la nouvelle institution , pour éviter les erreurs professionnelles et confraternelles même si il existe des comptes rendus par les assurances qui sont utiles .notamment pour les purs.
Suppression du Régional , gardons le départemental pour les séances de conciliation qui est une excellente chose , au mieux multiplions les séances de conciliation alors que à l'heure actuelle il n'y en a qu'une.

OBLIGATION à TOUR DE ROLE D'ËTRE ELU D 'OFFICE AU CONSEIL DEPARTEMENTAL ET NATIONAL SANS VÖTE : prérogative d 'exceptions punctuelles soumises à tous les confréres.

BENEVOLAT OBLIGATOIRE POUR LES RESPONSABILITES ET LES PARTICIPATIONS D ELUS SAUF BIEN SUR LES FRAIS DE FONCTIONNEMENT QUI DEVRONT ETRE VOTES AU PREALABLE .

Cahier ouvert au National : aux propositions démocratiques de chacun dans la perspective européenne de la Fédération de médecins . avec décisions prises sur avis de tous : internet facilite les choses et les échanges entre pairs .

en résumé (la liste n'est bien sûr pas exhaustive, je vous propose de la compléter)

1/Ordre terme gardé, si l'on veut..., dans la fonction de soutien seulement mais pas de justice remplacée par la Fédération des médecins de France Europe comme il l'exprime bien dans son cahier national bulletin mensuel que j'espère tout le monde lit .
2/dissolution de l'ordre des médecins créé en 1943 :(c'est facile à faire et cela ne gagne pas de pain ) ....vous savez que l'on parle de réhabilitation ...!!
3/Transparence participative obligatoire à tous les échelons de chaque médecin. cotisant ou non et retraité .
4/changement de nom ,de l'institution de justice médicale comme par exemple Fédération des médecins de France et d 'Europe incluant l'Europe à ce niveau ou il faudra bien sur être trés présent : nous n'avons qu'à nous aider à participer . au nouveau code de déontologie de cette europe médicale .(cf ethique et déontologie dans notre nouvelle europe médicale : congrés 1985 inserm pr coeur phlippe lazard : délégation par un médecin dont j'ai oublié le nom , veuillez me pardonner cela peut se retrouver .

je vous remercie de m' a voir lu et suis votre serviteur
dr alain leboeuf




2/
************

5.Posté par derey-maurin le 06/03/2019 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en déménageant dans le nord de l angleterre et necessitant un traitement quotidien j etais tres inquiete. eh bien je vous recommande de vous inspirer du fonctionnement administratif du NHS qui est remarquable. et je n ai rencontre que des médecins compétents.

6.Posté par derey-maurin le 06/03/2019 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n est peut être pas le meilleur endroit...mais j interroge mes confrères ophtalmo sur la pertinence de l obtention des produits destines aux piqures intra uvéal…
mon beau père a été récusé lors de son dernier rdv j ai donc dans mon frigo 2 boites dont vous connaissez le prix ...les patients de la salle d attente sont souvent tres âges... ont ils respectes la chaine du froid?
d autres autour de moi ont des boites dans leur frigo pour des parents recuses…les pharmaciens n ont pas le produit en stock ce qui multiplie les démarches pour des patients en difficulte.
bref ce système actuel est couteux et entraine un gaspillage insupportable.

7.Posté par derey-maurin le 06/03/2019 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le système actuel des médecins en maison de retraite me pose questions.
le medecin traitant est souvent peu disponible et le medecin present a peu de pouvoir.
pour les familles la comprehension est difficile.

8.Posté par alain leboeuf le 06/03/2019 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

......en fait le problème de la gériatrie en Institution est maintenant bien perçu par le gouvernement et Mme la ministre s 'en occupe sérieusement au point de faire des réformes attendues depuis longtemps par la profession les résidents et les familles ne serait ce que le piège du cloisonnement professionnel que vous citez très bien . et contre lequel la faculté et l'université se sont battues corps et âme.

Le conseil de l'ordre des médecins d 'ailleurs avait fortement déconseillé le "cumul" de la fonction de coordonnateur avec la fonction médecin traitant et cela n'est pas appliqué. par les directeurs d 'établissement dont on ne voit pas pourquoi ils ont le privilège des nominations ( ou présidence de c.c.a.s. )
le titre de gériatre étant universitaire ( et non pas syndicaliste !!) et honoré d un DIU .

Les 18 missions du coordonnateur médical ne sont la plupart du temps (surtout si la fonction est à un temps partiel) pas accomplies . en cumul privé et collectivités professionnels médicaux :

ne parlons pas du contact avec les familles ... assez problématique avec ces professionnels et je ne vous parle pas des "tutelles" et juges de "tutelles versus habilitation familiale lorsque elle n'est pas concernée par le titre ..(nomination arbitraire extérieure) pour de multiples motifs dont on peut regretter l'évènement qui lui a échappé....par exemple .....

je vous conseille de lire l'excellent rapport "maffia des tutelles". d 'un Honoré confrère.

9.Posté par leboeuf alain le 07/03/2019 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dans le cadre du projet de loi sur l'organisation et la transformation du système de santé (5 mars 2019) par le ministre de la solidarité et de la santé A.B la coordination sans cloison institutionnelle et l'obligation de communiquer le dossier partagé médical (surtout demandé par le patient(e) semble être une prérogative ....
donc même en cas de tutelles et surtout pour les patients lucides et à discernement.

Il faut que Madame la ministre ne quitte pas des yeux le problème de cette coordination entre les familles , le patient(e), et les médecins concernés et paramédicaux concernés par le secret professionnel , à résoudre , alors que le juge des tutelles fait une opposition de coordination au motif , du secret professionnel . , qui lui dans ce cas est soumis à dérogation .

En rendant par la loi cette obligation de rompre les cloisonnements inutiles et délétères , la ministre résout des "problèmes " inextricables et sans fin sur un fait évident à accepter .(logique cartésienne).
ON en parle pas dans cette réforme : cf RS data ub Frédérique Vidal ,Stephane Rist rapporteur ,Gael Lebohec rapporteurs pour avis ,

10.Posté par Roger Galesne le 10/03/2019 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour mieux répartir les medecins libéraux ,on pourrait imiter ce qui se fait pour les pharmaciens.Les agences régionales de santé pourraient etablir des quotas à ne pas

dépasser pour l installation de nouveaux médecins généralistes,spécialistes,para médicaux par communautés de communes,par tranches d'habitants.

les cpam n'accorderaient plus de conventionnement une fois les quotas atteints encourageant ainsi de nouvelles installations dans des zones sous

médicalisées

qui parfois jouxtent les endroits surmédicalisés.(zones cotières ,villes universitaires par exemple)

11.Posté par leboeuf alain le 11/03/2019 10:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tout à fait d 'accord sur ce principe en excluant de la décision l'ars que :pour avoir un avis sapiteur si on veut ....
.
il est mieux de laisser ce pouvoir à la profession elle même , certainement pas au conseil de l'ordre, mais plutôt à la fédération médicale française ou européenne , : bien sûr .., mais bien à la profession elle même(sans la cpam et mutualités ) se
*****************************************************************************************************
gérant toute seule par une participation obligatoire avec avis de tous les professionnels de France (avec internet c 'est facile , qui voterai(sous surveillance et sur une carte de géographie auparavant détaillé dans son élaboration par L' ars (témoins de statistiques?) qui jusque à preuve du contraire est dépassée par maints problèmes .....

le vote blanc est à prendre en compte
ainsi que les votes nuls .
une fois tous les 3 ans . 10 votes dans une carrière ...

je parle en l' occurrence que de la profession de médecins concernée (médecins géné et tous spé médicaux confondus dans la profession médicale)
pour les autres , ils ont qu'à faire pareil .

cela restera ainsi une médecine libérale dans un contexte de collégialité et de mutualité réciproque et professionnelle nous sommes assez peu nombreux pour nous connaitre .

vous avez compris que j'ai compris moi même qu'il fallait tout surveiller et ne déléguer aucun pouvoir d 'abord pour s 'intéresser et ensuite pour juger soi même .Les " retours de manivelles" sont ainsi moins fréquents .

nota bene
**********
le CNMO s 'est pris au dernier moment pour faire participer au GRAND DEBAT NATIONAL DE Monsieur Emmanuel Macron :(le 2 mars 2019 1er mail) , initiative qui a cependant passionné les français ......

amicalement vôtre.

al






CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris