Connectez-vous S'inscrire
MENU


93% des Français plébiscitent la recherche médicale,
 selon un sondage Ramsay Générale de Santé

Rédigé par Rédaction le Lundi 28 Novembre 2016 à 09:49 | Lu 139 fois
Actu


93% des Français estiment qu’il est important que les établissements de santé, hôpitaux comme cliniques, participent à des programmes de recherche. Pour plus de 3/4 d’entre eux, cela permet même de renforcer la qualité des soins apportés aux patients, la crédibilité de l’établissement et l’attractivité de la structure auprès du personnel médical (1).


C’est pourquoi Ramsay Générale de Santé, leader de l’hospitalisation privée en France, place au premier plan de ses orientations stratégiques la recherche clinique.
 

En 2016, le groupe accélère sa politique de recherche et devient le tout premier groupe privé à recevoir des subventions ministérielles (MERRI (2), destinées à financer les projets de recherche de ses praticiens.
 
Parmi les spécialités médicales en pointe chez Ramsay Générale de Santé : la chirurgie orthopédique et traumatologie, la cardiologie et les maladies cardiovasculaires, la gastro-entérologie, l’oncologie et l’anesthésie- réanimation.

Les Français plébiscitent la recherche au sein des établissements de santé comme un gage de qualité, de crédibilité et d’attractivité

Pour les Français, pas de doute, les bénéfices de la mise en place d’une politique de recherche au sein des établissements de santé sont incontestables.

 
93% estiment ainsi qu’il est important que de telles structures participent à des programmes de recherche (nouveaux médicaments, nouvelles techniques, etc.) et près de la moitié d’entre eux (43%) est persuadée que c’est quelque chose de primordial.
Pour plus de 3/4 des Français, participer à des programmes de recherche permet par ailleurs aux établissements de santé de mieux soigner leurs patients (77%), de renforcer leur crédibilité (76%), d’améliorer l’attractivité de l’établissement auprès du personnel médical (76%), et enfin de valoriser leur image auprès du grand public (73%) (1).
 
Cependant, la France connaît depuis plusieurs années un exode des essais cliniques hors du territoire (3). C’est pourquoi la recherche clinique conduite dans les hôpitaux privés est devenue un réel atout pour renforcer la compétitivité de la France au plan international.

Un GCS pour l’Enseignement et la Recherche

Consciente de cela, Ramsay Générale de Santé, 1er groupe d’hospitalisation privée en France, a entamé une politique de recherche soutenue depuis 2012, avec la mise en place d’une Direction de la Recherche et de l’Enseignement.
 
Puis dès 2014, Ramsay Générale de Santé dynamise sa politique de recherche grâce à la création d’un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) pour l’Enseignement et la Recherche. 71 établissements de Ramsay Générale de Santé font à ce jour partie du GCS. D’ici fin 2016, l’ensemble des 124 établissements du Groupe en seront membre.

 
La recherche est désormais portée en interne par 900 praticiens qui publient des articles scientifiques dans des revues médicales, 300 médecins investigateurs suivant les patients dans le cadre d’essais, issus d’une dizaine de spécialités, avec 4 000 nouveaux patients inclus dans 450 études cliniques. Ces médecins sont aidés par 40 Attachés de Recherche Clinique (ARC) répartis sur tout le territoire.
 
Entre 2012 et 2015 : le nombre d’investigateurs a été multiplié par 2,1, le nombre d’études cliniques par 2,8 et le nombre de patients inclus dans des essais cliniques par 4. 
Fort de tout cela, en 2015, le GCS du groupe Ramsay Générale de Santé devient le premier à recevoir des subventions ministérielles qui s’élèvent à 4,6M€ en 2016 et prévoit une hausse de 15% des publications scientifiques de la part de ses praticiens en un an. 

 
« Avec la création du GCS, nous avons fait de la recherche l’un des axes stratégiques du développement de Ramsay Générale de Santé. Car nous sommes convaincus que promouvoir la recherche clinique contribue à mettre en évidence la qualité de la prise en charge de nos patients dans nos établissements. C’est pourquoi la Direction de la Recherche et de l’Enseignement a pour ambition de mobiliser toutes les énergies prêtes à s’impliquer dans la recherche clinique pour parvenir, main dans la main avec les autres structures, publiques comme privées, à faire progresser la recherche médicale française dans l’intérêt des patients », commente Pascal Roché, Directeur général du Groupe Ramsay Générale de Santé.

Deux axes prioritaires pour Ramsay Générale de Santé: la publication d’articles scientifiques et l’accompagnement des projets de recherche des praticiens du Groupe

« Un tiers des ressources allouées permettent de financer les médecins libéraux qui effectuent ces travaux de recherche en sus de leur activité libérale. Le reste sert à financer les ARC (Attachés de Recherche Cliniques) ainsi que les moyens mis à disposition des médecins chercheurs : aides méthodologiques et statistiques, accompagnement technico-réglementaire, rédaction et traduction d’articles scientifiques, ou encore l’allocation de bourses pour accueillir des chercheurs», conclut le Dr Stéphane Locret, Directeur Recherche et Enseignement du Groupe Ramsay Générale de Santé.
 
Entre 2011 et 2015, 2 200 articles scientifiques ont été publiés par 800 médecins exerçant chez Ramsay Générale de Santé (soit 15% de la population médicale du groupe) : 18,8% en chirurgie orthopédique et traumatologie,15,3% en cardiologie et maladies cardiovasculaires, et 9,9% en gastro-entéro-hépatologie – sans oublier l’oncologie, la chirurgie urologique, la radiologie, la chirurgie plastique reconstructrice 
et esthétique, la chirurgie thoracique et cardiovasculaire... 

 
« Nous sommes très fiers des contributions scientifiques de nos praticiens, à la fois en termes de nombre d’articles publiés mais également en termes de qualité, puisque près de la moitié des contributions le sont dans des revues scientifiques à impact élevé. Ce sont ces articles qui ont permis, pour la première fois en 2015, l’obtention de subventions ministérielles MERRI (Mission d’Enseignement de Recherche de Référence et d’Innovation), à hauteur de 4,6M€, commente le Dr Stéphane Locret. Par ailleurs, il est important de souligner que l’intégralité des subventions MERRI perçues sont utilisées à des fins de recherche et d’enseignement, comme l’exige les statuts du GCS, garant du fléchage exclusif du financement. »
 
Tous les ans, le GCS organise 2 appels à projets, et un Conseil d’Orientation Scientifique (COS) est chargé de sélectionner les projets qui seront financés. Le COS assure un suivi trimestriel de ces projets.
 
 
Depuis septembre 2015, 105 projets ont été soutenus.
 À titre d’exemple, dans le cadre de la session d’appel à projets de juin 2016, 35 projets et 6 bourses pour accueillir des chercheurs ont été acceptés dont : 13 en chirurgie orthopédique et traumatologie, 10 en cardiologie et malades cardiovasculaires, et 4 en anesthésie et réanimation.
 
 
 
(1) Enquête réalisée par Internet par Odoxa pour Ramsay Générale de Santé auprès d’un échantillon de 1 003 personnes représentatives de la population française, les 11 et 12 octobre 2016

(2) Missions d’Enseignement de Recherche de Référence et d’Innovation
(3) Enquête 2015 publiée par le LEEM : Place de la France dans la recherche clinique




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017