Connectez-vous S'inscrire



Actu

UNE EXCELLENCE À HAUTEUR DE SES AMBITIONS

Rédigé par Rédaction le Jeudi 25 Avril 2019 à 13:51 | Lu 510 fois


60 ANS DES CHU / LE CHR METZ-THIONVILLE

TOTALISANT 2 038 LITS ET PLACES RÉPARTIS SUR SIX SITES, LE CHR METZ-THIONVILLE A FÊTÉ L’AN DERNIER SES 40 ANNÉES D’EXISTENCE. UN ANNIVERSAIRE QUI, UNE FOIS DE PLUS, A SOULIGNÉ L’ÉNERGIE DÉPLOYÉE PAR CET ÉTABLISSEMENT DE PREMIER PLAN POUR MAINTENIR LE CAP DESSINÉ DEPUIS SA CRÉATION : CONJUGUER L’EXCELLENCE MÉDICALE ET SOIGNANTE AVEC UN ENGAGEMENT FORT EN FAVEUR DE L’INNOVATION, UNE AMBITION QUI LUI A PERMIS DE RELEVER BIEN DES DÉFIS. RENCONTRE AVEC SA DIRECTRICE GÉNÉRALE, MARIE-ODILE SAILLARD.




Marie-Odile Saillard, Directrice Générale
Marie-Odile Saillard, Directrice Générale
Quels sont, à votre sens, les principaux atouts du CHR Metz-Thionville ?
Marie-Odile Saillard :
Ils sont nombreux, et à mon sens insuffisamment mis en valeur et exploités par les pouvoirs publics. Le CHR dessert, d’une part, un bassin de 600 000 habitants dont les besoins sanitaires sont en évolution constante. Il a su y répondre avec beaucoup de pertinence en développant de nombreux domaines d’excellence, en cardiologie, chirurgie cardio-vasculaire, prise en charge des grands brûlés, etc. Il se situe, d’autre part, aux marches du territoire national, dans une zone marquée par d’importants mouvements de population avec les pays limitrophes que sont l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. C’est là un autre enjeu populationnel qu’il s’est attaché à relever en se positionnant comme un acteur sanitaire de premier plan. 

Le CHR s’est par ailleurs démarqué, depuis sa création, par une grande capacité d’adaptation.
C’est en effet un établissement qui a géré avec talent et efficacité l’intégration de l’Hôpital Maternité Sainte-Croix en 2009 et de l’hôpital privé d’Hayange en 2012, ainsi que la constitution d’un ensemble hospitalier civil et militaire avec l’HIA Legouest en 2017. Ces mouvements lui ont, à chaque fois, imposé de mener des restructurations profondes, mais il est aujourd’hui en mesure de porter de nombreux projets ambitieux au service de la population. Disposant de l’un des plus importants pôles de périnatalité de France, avec près de 5 500 accouchements réalisés chaque année, il a par exemple ouvert un nouvel hôpital Femme-Mère- Enfant à Metz en 2013, et prévoit d’en ouvrir un second à Thionville en 2020. 

Justement, quels ont été ses projets les plus marquants de ces dernières années ?
J’évoquerai en premier lieu l’ouverture de l’hôpital de Mercy en 2012, véritable vaisseau amiral du CHR. Cet outil de soins remarquable, pensé avec beaucoup d’intelligence, intègre un plateau technique de pointe récemment équipé d’une salle hybride de dernière génération, tout en étant en adéquation avec les plus hauts standards hôteliers. Le rapprochement exemplaire avec l’HIA Legouest a marqué un autre temps fort : bien que ses activités opératoires et de soins critiques aient été transférées à Mercy, il n’en conservera pas moins sa vocation sanitaire avec l’accueil, à moyen terme, d’un nouveau centre de médecine physique et de réadaptation. Le CHR Metz-Thionville s’est, en parallèle, fortement mobilisé pour asseoir l’équi- libre médico-économique du CH de Briey, l’un de ses partenaires dans le cadre du GHT Lorraine Nord, tout en s’engageant dans la structuration de filières territoriales, y compris en psychiatrie. 

L’hôpital s’est également démarqué par un important axe numérique.
Celui-ci illustre une fois de plus sa capacité d’adaptation à de nouveaux outils, comme l’application mobile PFME pour accompagner les futures parturientes à toutes les étapes de la grossesse, ou l’application My15 qui permet aux patients de transmettre instantanément leurs informations lors des appels d’urgences. Le SMUR et les secouristes se sont quant à eux dotés de lunettes connectées pour que leur correspondant – médecin de garde, spécialiste – ait une vision immédiate de la situation globale et médicale, une solution également utilisée dans le cadre du dispositif « Hôpital en tension ». Le CHR a, enfin, développé de nombreuses actions de télémédecine à direction des EHPAD, tout en animant une filière de télé-échographie à l’échelle du GHT. Ce sont là des champs qui continueront d’être soutenus et développés. 

Justement, quid du CHR demain ? Quelles sont ses perspectives pour les années à venir ?
Le CHR s’attachera à renforcer ses missions de recours, en particulier en cancérologie et en cardiologie, tout en consolidant son rôle pivot au sein du territoire et pour la construction d’une offre de soins transfrontalière. Il poursuivra également son engagement en faveur de l’innovation organisationnelle, en accentuant le virage ambulatoire, en mettant en œuvre des programmes de récupération rapide après chirurgie (RRAC), mais aussi en repensant sa politique managériale pour intégrer des initiatives de Lean Management. Une attention soutenue sera enfin apportée au développe- ment de la recherche clinique, en interne comme à l’échelle de la région Grand Est. Ce sont d’ailleurs autant d’enjeux formalisés au sein du projet d’établissement 2018-2022. Dans un autre registre, nous ambitionnons d’universitariser les équipes dont l’excellence est aujourd’hui très largement reconnue sur le territoire du Grand Est. Pour cette même raison, nous souhaitons que le CHR prenne toute sa place au sein des réseaux que les CHR/CHU ne manqueront pas de constituer, et que celle-ci soit pleinement reconnue et pérenne. 
 

UNE LONGUE TRADITION HOSPITALIÈRE 

• Le premier établissement hospitalier de Metz est l’hospice Saint-Nicolas, fondé en 1192 et qui ferme ses portes en 1986, après dix siècles de fonctionnement. Mais depuis le XVIIème siècle, le véritable hôpital messin est Notre-Dame-de-Bon- Secours, créé en 1691 et relocalisé en 1919 sur son site actuel. L’hôpital Bon-Secours constitue le cœur des Hôpitaux de Metz jusqu’à la construction, en 2012, du nouvel hôpital de Mercy. 
 
• L’origine des Hôpitaux de Thionville remonte pour sa part à 1332, avec la construction d’un hospice jouxtant l’ancien beffroi, qui déménage au cours du XVIème siècle. Transféré en 1898 dans de nouveaux locaux, il donne naissance à l’hôpital Beauregard, auquel s’ajoute en 1968 l'hôpital Bel Air. 
 
• En 1976, les CH de Metz et de Thionville fusionnent pour créer un établissement hospitalier intercommunal, érigé l’année suivante en CHR. Il s’agrandi progressivement avec le Centre Félix Maréchal (1978) et les maisons de retraite Saint-Jean et Le Parc (1986), avant d’intégrer l’Hôpital Maternité Sainte-Croix en 2009 (transférée en 2013 à l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Mercy), et l’hôpital d’Hayange en 2012. 

Interview réalisée par Joëlle Hayek dans le numéro 43 d'Hospitalia, magazine à consulter en intégralité ici   .









CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris