Connectez-vous S'inscrire
Le magazine de l'innovation hospitalière
Actu

"Œuvrer ensemble à l'amélioration de notre système de santé"


Rédigé par Aurélie Pasquelin le Lundi 20 Février 2023 à 12:43 | Lu 779 fois


Développant plusieurs initiatives en faveur de la recherche et de l’innovation en santé, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU a noué, cette année, un partenariat avec France Biotech, l’association professionnelle des entrepreneurs de la HealthTech, pour mener des actions communes. Le point avec Franck Mouthon, Président de France Biotech et Florence Favrel-Feuillade, directrice générale du CHRU de Brest et présidente de la commission Recherche et Innovation de la Conférence des DG de CHU.



"Œuvrer ensemble à l'amélioration de notre système de santé"
Pourriez-vous, en quelques mots, nous présenter la commission Recherche et Innovation de la Conférence des DG de CHU ?
 
Florence Favrel-Feuillade : Fondée en 1970, la Conférence possède plusieurs commissions thématiques telles que la stratégie, les ressources humaines, les achats, les affaires médicales, l’architecture, les finances, les systèmes d’information, les relations internationales, ou encore la recherche et l’innovation. Placée sous la présidence d’un DG de CHU, chaque commission instruit les sujets d’actualités et les enjeux stratégiques en partageant les expertises et les bonnes pratiques, de façon à structurer les prises de position de la Conférence en interaction avec les fédérations, les ministères, les partenaires et les conférences de Président de Commission Médicale et de Doyens des Facultés de médecine. Je suis très investie depuis 2015 au sein la commission Recherche et Innovation, qui réunit tous les directeurs de la recherche et de l’innovation des 32 CHR et CHU de France. Je la préside aujourd’hui avec Nadiège Baille, directrice générale du CHU Dijon Bourgogne comme Vice-Présidente depuis novembre 2021.
 
Le 7 mars dernier, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU a signé un partenariat avec France Biotech justement centré sur la recherche et l’innovation en santé. Pourquoi cette initiative ?
 
Florence Favrel-Feuillade : Partout en France, les CHU ont noué de nombreux partenariats avec des entreprises françaises de la BioTech et de la HealthTech. La Conférence des DG de CHU a souhaité renforcer ces liens étroits avec notre écosystème à travers cette collaboration stratégique, qui nous permet de conduire ensemble nombre de travaux sur l’innovation en santé en croisant nos expertises, nos contraintes, nos ambitions. La signature de la convention de partenariat avec France Biotech vient donc formaliser cette relation déjà nourrie, en se focalisant sur les thématiques qui nous rapprochent et sur lesquelles nous avons intérêt à converger. Ces échanges structurés nous permettent de porter ensemble des sujets auprès des pouvoirs publics, tout en accentuant la fertilisation croisée entre les établissements hospitalo-universitaires, et les start-ups, petites et moyennes entreprises de la HealthTech.
 
Franck Mouthon : Rappelons ici que France Biotech, qui a été fondée il y a déjà 25 ans, réunit aujourd'hui 500 entrepreneurs intervenant sur les champs de la BioTech, de la MedTech et du numérique en santé. Ces start-up et PME sont souvent issues de la sphère académique, y compris des CHU. Il était donc tout à fait logique de continuer à renforcer ces liens. Pour toutes les entreprises de France Biotech, les CHU sont en effet des partenaires de référence, pour à la fois faire émerger l’innovation et la développer dans un cadre clinique, travailler à l’exploitation des données de masse en santé – dont les CHU sont aujourd'hui de gros générateurs –, et acquérir et déployer des solutions technologiques. Le partenariat signé en mars dernier vise à accentuer encore ces échanges tout en facilitant l’identification des différents interlocuteurs, au sein des entreprises comme des établissements de santé.
 
Comment ce partenariat se concrétise-t-il ?
 
Franck Mouthon : Nous avons identifié plusieurs enjeux dont les réponses gagneraient à être co-construites, par exemple en matière de collecte des données en vie réelle ou de mise en place d'essais cliniques numérisés. Une plateforme a donc été créée afin que nous puissions y travailler ensemble, avec une trajectoire et des objectifs communs. Nous avons, en parallèle, prévu d’organiser le CHU HealthTech Connexion Day, une journée de rencontres placée sous le haut patronage du Président de la République, dont la première édition aura lieu le 13 décembre 2022. À l’instar des autres actions portées dans le cadre de notre partenariat, les ateliers proposés durant cette journée s’attacheront à renforcer les liens précieux entre le monde hospitalo-universitaire et celui de la HealthTech. Les entreprises fédérées au sein de France Biotech bénéficieront notamment de ce rapprochement pour mieux se confronter à la réalité de l’exercice et des usages soignants. Car j’en suis persuadé : le numérique en santé, et plus largement l’innovation, sont en mesure d’apporter des réponses pertinentes aux besoins des professionnels de santé sur le terrain, pour faciliter leurs pratiques des soins auprès des patients et améliorer leur qualité de vie au travail.
 
Pourriez-vous nous parler plus en détail du CHU HealthTech Connexion Day ?
 
Florence Favrel-Feuillade : La journée se tiendra donc le 13 décembre 2022, à la Cité des Congrès de Nantes. Elle réunira les entrepreneurs de la HealthTech ainsi que des professionnels exerçant dans les différents centres hospitaliers universitaires de France, des directeurs généraux, naturellement, mais aussi des médecins et soignants, des pharmaciens, des directeurs des systèmes d’information, des acheteurs hospitaliers, ou encore des équipes travaillant sur la recherche et l’innovation en santé. Nous attendons plus de 400 personnes pour cette première édition, qui proposera plusieurs tables rondes, ateliers, rencontres et présentations autour d’une large diversité de thématiques, comme les investigations cliniques, les services numériques, l'expérimentation en vie réelle ou l'exploitation des données de nos entrepôts de données hospitaliers. Les entreprises participant à l’événement pourront quant à elle y présenter leurs solutions, principalement axées sur le numérique en santé.
 
Vous évoquiez plus haut la création d’une plateforme commune…
 
Franck Mouthon : Celle-ci, tout comme d’ailleurs nos réunions fréquentes, permet aux experts de la Conférence des DG de CHU et des entreprises de France Biotech de réfléchir ensemble à des thématiques concrètes, telles que la création d’une plateforme nationale pour les essais cliniques, les problématiques de création d’actes innovants sur le territoire ou les modalités de collecte des données en vie réelle, notamment pour les accès précoces. À chaque fois, les groupes de travail s’attacheront à produire des documents communs qui seront présentés aux pouvoirs publics. Ces publications, qui tiendront compte des problématiques des uns et des autres et tenteront d’y répondre de manière concertée, représenteront des apports précieux auprès des décideurs pour l’élaboration et le pilotage des projets nationaux.
 
Florence Favrel-Feuillade : Il est toujours important, pour les établissements de santé, de se concerter directement avec le monde de l’entreprise, qu’il s’agisse de France Biotech mais aussi du LEEM (Les Entreprises du Médicament) et du SNITEM (Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales). Chacun peut émettre ses remarques, faire remonter ses difficultés et bénéficier d’une diversité de points de vue. En portant ensuite des propositions conjointes, on augmente les chances d’avoir un réel impact. Cela dit, ces échanges sont également très utiles pour les entreprises. Prenez l’exemple des essais précoces, où chaque industriel a sa plateforme. C'est une réelle source de difficulté pour les équipes de CHU, mais cet état de fait n’avait pas véritablement été anticipé. Grâce à nos liens avec les entreprises de la santé, nous avons pu faire remonter l’information et évoquer cette problématique de manière concertée, pour trouver ensemble une solution qui facilitera les usages.
 
Pourriez-vous détailler la manière dont le partenariat avec France BioTech se met en place au sein de la commission Recherche et Innovation ?
 
Florence Favrel-Feuillade : La mise en œuvre de cette collaboration est intense. Au-delà de l’organisation du CHU Healthtech Connexion Day et de la création de la plateforme nationale d’échanges, nous nous réunissons chaque mois avec nos interlocuteurs de France Biotech pour évoquer les principaux projets en cours. Des réunions supplémentaires sont également programmées ponctuellement, pour aborder des sujets particuliers. Les travaux n'impliquent d’ailleurs pas uniquement les membres de la commission Recherche et Innovation ; une dizaine de directeurs Recherche et Innovation au sein des CHU participent aux différents projets et peuvent directement interagir avec les équipes de France Biotech. Car, en fin de compte, les thématiques traitées de manière conjointe à travers ce partenariat font partie des axes de réflexion actuels des CHU, et s’inscrivent également dans le cadre du plan Innovation Santé France 2030.
 
Vous faites justement tous deux partie des personnalités qualifiées pour le volet Innovation Santé du plan France 2030. Quel impact cette fonction a-t-elle sur votre partenariat ?
 
Franck Mouthon : Tous deux s'alimentent, puisque les sujets évoqués dans un cadre comme dans l’autre adressent des enjeux relatifs à l’innovation en santé. Les deux dynamiques ont d’ailleurs été initiées de manière quasi concomitante : nous avons été nommés personnalités qualifiées pour le plan France 2030 en décembre 2021, soit peu de temps avant la signature du partenariat entre la Conférence des DG de CHU et France Biotech. Bien que l’association professionnelle travaillait déjà depuis plusieurs années avec certaines directions de la Recherche et de l’Innovation, les événements de l’année 2022, avec la signature du partenariat ainsi que notre présence conjointe au comité Innovation Santé France 2030, nous ont davantage rapprochés.
 
Florence Favrel-Feuillade : En ce qui concerne la Conférence des DG de CHU, nos axes de travail réguliers et ceux identifiés dans le cadre du Plan France 2030 sont complémentaires. À travers le comité Innovation Santé du plan national, nous travaillons sur des sujets bloqués depuis de nombreuses années, comme l’accélération des inclusions dans les essais cliniques , mais aussi nos besoins en termes de financement de nos activités de recherche en santé et d’innovation – au-delà du financement des organismes de recherche et des universités – ou encore le repérage et la valorisation des actes innovants dans nos établissements. Ce dernier sujet correspond à une préoccupation conjointe car la reconnaissance de ces actes est encore longue et ne suit pas le rythme rapide de l'innovation portée par nos établissements en lien avec les industriels, dans le domaine des dispositifs médicaux ou des services numériques par exemple. Il est donc important d'être en veille et plus agiles collectivement. C’est d’ailleurs cette volonté qui sous-tend nos interactions avec les acteurs industriels. Celles-ci se développent à l’hôpital depuis une dizaine d'années, car elles sont essentielles pour s’assurer de la qualité et de la pertinence des solutions technologiques, valider les bénéfices apportés aux patients et aux soignants, et accélérer leur mise sur le marché. Nous comptons renforcer ces échanges pour continuer à œuvrer ensemble à l’amélioration de notre système de santé, et renforcer ainsi le service rendu à la population.

Article publié dans l'édition de décembre 2022 d'Hospitalia à lire ici.
 

 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

Immeuble Newquay B / B35
13 rue Ampère
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr