Connectez-vous S'inscrire
Actu

Les « oubliés du Ségur » appellent à « plus d’égalité »


Rédigé par Rédaction le Mercredi 24 Février 2021 à 09:40 | Lu 671 fois


Réunis en intersyndicale, plusieurs professionnels des secteurs de la santé et du médico-social alertent les pouvoirs publics sur la nécessité d’étendre les mesures prises lors du Ségur de la santé. Parmi eux, les médecins et pharmaciens des établissements privés à but non lucratif.



Signés en juillet dernier, les accords du Ségur de la santé ne font pas l’unanimité parmi les professionnels de la santé et du médico-social. Employés de Groupements d’Intérêt Public (GIP), médecins et pharmaciens du secteur privé non lucratif, médecins coordonnateurs en EHPAD, secteur du soin à domicile… Nombreux sont ceux qui se sont sentis exclu, oubliés par ces accords. « Le Ségur était centré sur l’hôpital et le secteur public », constate Jean-Paul Zerbib, président de l’Union nationale des médecins salariés CFE-CGC. Lancée à la fin de l’année dernière, la mission Laforcade a donc progressivement élargi l’action du Ségur, et notamment l’accès au Complément de Traitement Indiciaire (CTI) de 183 euros par mois. 

Sept organismes réunis

Malgré cela, force est de constater que de nombreux professionnels ne sont pas encore inclus dans ces accords. Alors, pour faire entendre leurs voix, ils continuent de se mobiliser, de se regrouper. Il y a quelques mois, une intersyndicale s’est créée, regroupant sept organismes représentatifs : la Confédération Française de l'Encadrement - Confédération Générale des Cadres (CFE-CGC), le Syndicat National des Médecins Hospitaliers - Force Ouvrière (SNMH-FO), le Syndicat National des Pharmaciens Gérants et Hospitaliers (SNPGH), Jeunes Médecins, l’Association des Directeurs au service des Personnes Âgées (AD-PA), le Syndicat National des Généralistes et Gériatres Intervenant en EHPAD (SNGIE), le Syndicat des Médecins Coordonnateurs en EHPAD Généralistes ou Gériatres (SMCG-CSMF). « Notre but est ici d’interpeller les pouvoirs publics », indiquait Jean-Paul Zerbib, dans une conférence de presse du 15 février dernier. 

Médecins et pharmaciens des établissements privés à but non lucratif

« En refusant de transposer les décisions du Ségur au secteur privé non lucratif, même au travers de la mission Laforcade, le gouvernement fait preuve de maltraitance », s’indigne Sergine Heckel, vice-présidente de CFE-CGC. « Il s’agit là d’une réelle injustice, une iniquité entre les secteurs public et privé non lucratif », poursuit la gynécologue qui craint que plusieurs départs et démissions ne se produisent suite à cette décision d’exclure médecins et pharmaciens du secteur privé à but non lucratif, « un secteur payé par de l’argent public », rappelle Jean-Paul Zerbib. « Le Ségur est source de clivages entre privé, public et privé à but non lucratif », résume Heiner Brinnel, trésorier général adjoint du SNMH-FO. 
« Nous demandons une égalité de traitement », complète Christophe Nambot, administrateur du SNPGH. « Dans certains lieux, les pharmaciens sont les seuls qui n’ont pas vu leurs salaires revalorisés par le Ségur », complète le pharmacien, avant de rappeler que sa profession a été largement « impliquée dans la prise en charge de la crise ». 

Le secteur des soins à domicile oublié

Outre le secteur privé, les soins à domicile appellent eux aussi à être totalement intégrés au Ségur. Depuis le 11 février, jour de la signature d’une extension du CTI issue de la mission Laforcade, les structures publiques de soins à domicile rattachées à un établissement de santé sont aujourd’hui comprises dans le Ségur de la santé. « Bien peu » pour Pascal Champvert, président de l’AD-PA, qui constate que « l’immense majorité des 230 000 salariés du secteur [à majorité associatif, NDLR]n’en bénéficie pas ». Pour le président de l’AD-PA, il est également « temps » de voter la loi Grand Âge et Autonomie. 
Comme ses confrères de l’intersyndicale, Pascal Champvert demande de plus grands investissements dans les secteurs de la santé et du médico-social. « Les dépenses de santé sont toujours des investissements pour l’avenir et doivent donc être mises en perspective de l’économie globale du pays », rappelle-t-il. Ce débat, les membres de ces différents organismes comptent bien les mettre sur le devant de la scène voire même, comme pour Emanuel Loeb, président du syndicat Jeunes Médecins, « remettre le système de santé au cœur des débats publics en vue de la prochaine élection présidentielle ». 

Les revendications des « oubliés du Ségur »

  • L’amélioration des salaires et des carrières des médecins et pharmaciens du secteur privé non lucratif et des médecins coordonnateurs des EHPAD ;
  • L’amélioration des salaires et des carrières de tous les salariés du secteur privé lucratif ;
  • L’amélioration des salaires des oubliés du secteur privé non lucratif : handicap, domicile, IFSI ;
  • L’extension du Ségur à tous les secteurs des soins à domicile. 







1.Posté par PIERRE BOURGIN le 25/02/2021 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

soutiens a tout le personnel des branches de la santé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris