Connectez-vous



Actu

Le bien-être au travail, une ambition quotidienne à l'hôpital Foch de Suresnes

Rédigé par Admin le Lundi 14 Mai 2018 à 11:30 | Lu 478 fois


Situé à Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, l’hôpital Foch est réputé bien au-delà de son territoire. Une renommée à mettre en regard avec les compétences de ses équipes médicales et paramédicales, mais aussi avec son engagement soutenu en faveur de leur bien-être. Reportage.



« Avec un effectif de 2 000 collaborateurs dont 300 médecins, et 600 lits installés, l’hôpital Foch est aujourd’hui le plus grand ESPIC universitaire de France. Ses prises en charge pluridisciplinaires de haut niveau, son plateau médico-technique de pointe et sa tradition d’accueil en font l’un des hôpitaux privés à but non lucratif les plus performants à l’échelle nationale », explique Valérie Moulins, directrice de la communication. Fort de ce positionnement, l’hôpital Foch multiplie les initiatives pour améliorer toujours plus le confort de ses patients et de ses équipes. 
 
Les premiers disposent ainsi d’un accueil principal et d’une signalétique refaits à neuf, et devraient prochainement bénéficier de salles d’attente rénovées selon une charte immobilière en lien avec la charte graphique de l’établissement. « L’hôpital se caractérise par une identité forte, à mettre en regard avec son attractivité auprès des patients. Il s’agit donc de la réaffirmer pour que, quel que soit le service ou l’étage où ils se trouvent, les patients et leurs proches y retrouvent la marque Foch ! », poursuit-elle. Quant aux seconds, ils peuvent profiter, depuis déjà quelques années, d’un jardin-potager et d’un espace de décontraction équipé d’un fauteuil massant.
 

Innover pour fêter les 80 ans de l’hôpital

Valérie Moulins, directrice de la communication
Valérie Moulins, directrice de la communication
« Bien-être des patients et bien-être des personnels sont étroitement liés, rappelle la directrice de la communication. Toutes les actions que nous mettons en œuvre pour améliorer le confort de nos patients contribuent à améliorer la qualité de vie au travail de nos salariés – et inversement ». L’hôpital a par exemple mis sur pied un dispositif ‘Gilets Bleus’, qui voit des jeunes femmes et hommes clairement identifiables à leur tenue aller à la rencontre des patients pour les renseigner et les accompagner au besoin dans les services de soins. Une organisation qui, en faisant la part belle au contact humain, permet incontestablement de réduire le stress des usagers et de leurs proches – et, par ricochet, celui du personnel de l’établissement.

En 2017, l’hôpital a souhaité aller plus loin. Ouvert en 1937, il fêtait en effet ses 80 années d’existence et aspirait à célébrer cet anniversaire à travers une série d’événement festifs déclinés tout au long de l’année. C’est que, parallèlement à la ‘marque Foch’ qui fait la renommée de l’établissement bien au-delà de l’Île-de-France, existe également un ‘esprit Foch’ autour duquel ses équipes se fédèrent. La direction de la communication et celle des ressources humaines ont alors multiplié les actions pour faire de cet anniversaire une expérience mémorable. « Nous avons, naturellement, organisé une grande fête du personnel. La cafétéria était méconnaissable : musique, boules à facettes, piste de danse, … Tout le monde a joué le jeu, y compris la direction. La fête a d’ailleurs été prolongée pour que les équipes de nuit puissent, elles aussi, partager ce moment chaleureux et convivial », sourit Valérie Moulins.
 

Une série d’événements festifs

Le fil rouge de cette année anniversaire ? Sortir des sentiers battus, en écho à cet ‘esprit Foch’ qui fait l’identité de l’établissement. « Nous avons par exemple organisé un ‘Vis ma vie’ entre collègues : le personnel était incité à échanger son métier pour découvrir, une heure durant, une autre fonction au sein de l’hôpital. L’expérience a été plébiscitée par les participants, qui ont ainsi pu mieux connaître le quotidien de leurs collègues. Face à la demande, elle devrait être réitérée et, pourquoi pas, devenir un événement régulier », raconte-t-elle. Des ateliers ‘Bande Dessinée’ mixtes, associant patients et professionnels de santé, ont également été développés avec Églantine Chesneau, dessinatrice de presse, qui a par ailleurs documenté certains événements en dessins. 

Un studio photo ‘LOL Project’ a en outre été mis en place durant deux jours. Imaginé par le photographe David Ken, ce projet original vise à illustrer le lâcher-prise au travers d’une immense galerie de portraits sur l’instant magique du fou rire. « Chaque photo associait un binôme – patient/patient, personnel/patient, personnel/personnel. Les résultats ont dépassé toutes nos espérances ! Les photos nous ont permis de créer une grande fresque exposée à l’accueil, tandis que des tirages ont également été répartis dans les différentes unités de consultation, pour mettre de la bonne humeur à tous les étages de l’hôpital », se souvient la directrice de la communication. Un livre anniversaire a quant à lui été publié fin 2017. Ce bel ouvrage, qui retrace les 80 ans de l’hôpital Foch, a été distribué à l’ensemble du personnel – y compris les équipes de nuit, à la rencontre desquelles sont allées Valérie Moulins et Floriane de Dadelsen, la directrice des ressources humaines.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont, enfin, elles aussi été mises à contribution pour créer, une fois de plus, une cohésion de groupe. Associé à l’équipe de ‘My Hospi Friends’, le réseau social destiné aux patients hospitalisés et qu’il a été le premier à déployer, l’hôpital Foch a lancé ‘Foch & Co.’, une plateforme sociale plus spécifiquement destinée à ses salariés. Plus de 500 professionnels ont aujourd’hui créé leur profil et peuvent ainsi se retrouver autour de centres d’intérêts communs (jogging, théâtre, cinéma,…). Foch & Co. Propose également une offre de conciergerie en ligne – pressing, panier bio, cordonnerie, dépannage informatique à domicile – et des services mis en place avec des commerçants de proximité (coiffeur, esthéticienne, etc.). D’autres offres, comme un partenariat avec la Philharmonie de Paris, viennent complémenter celles du Comité d’Entreprise, qui dispose par ailleurs d’un espace dédié.
 


“Les technologies de l’information et de la communication ont été mises à contribution pour créer, une fois de plus, une cohésion de groupe”

Des actions ciblées pour améliorer les conditions de travail

Floriane de Dadelsen, directrice des ressources humaines
Floriane de Dadelsen, directrice des ressources humaines
Cet engagement fort en faveur de l’implication et la fidélisation de ses salariés représente un enjeu stratégique pour l’établissement, d’autant plus depuis l’arrivée du nouveau directeur général, Jacques Léglise, en poste depuis 2 ans. « L’hôpital est un environnement caractérisé par de nombreux risques professionnels : nos salariés prennent en charge des vies humaines, ce qui se traduit par un niveau de stress important. Certains métiers, comme celui d’aide-soignant, sont en outre physiquement difficiles. Sans oublier les contraintes liées aux heures de travail pour maintenir la continuité de l’activité hospitalière, et celles ayant trait à la vie en région parisienne », souligne Floriane de Dadelsen. Aussi, en termes d’amélioration de la qualité de vie au travail, l’accord d’entreprise s’articule-t-il plus spécifiquement autour de deux axes : les conditions de travail et la santé au travail.

En ce qui concerne le premier, l’hôpital Foch a mis en place un droit à la déconnexion, notamment pour ses cadres. Les salariés peuvent néanmoins accéder au réseau extranet avec leur adresse mail personnelle, une fois celle-ci validée par la direction des systèmes d’information – ce qui leur permet par exemple de consulter leur planning à distance. De la même manière, il a revu sa politique de gestion des remplacements, désormais effectués sur la base du volontariat. « Les offres de missions sont publiées sur une plateforme Web, charge ensuite aux salariés qui le souhaitent de les accepter. Ceux-ci peuvent d’ailleurs paramétrer les notifications afin de ne pas être dérangés pendant certaines plages horaires », précise Floriane de Dadelsen. Enfin, l’établissement favorise le télé-travail pour certains métiers, tout en étant attentif à maintenir une dynamique collective au sein des équipes. « Cela participe incontestablement à l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Nous avons également établi un accord avec un réseau de crèches, pour que les jeunes parents puissent trouver facilement un mode de garde. Nous avons aussi un dispositif de logements d’urgence, pour pouvoir répondre à certaines situations complexes », poursuit-elle.

La santé au travail, au cœur de toutes les attentions

Dorota Roll, responsable des conditions de travail et de la  prévention des risques  professionnels
Dorota Roll, responsable des conditions de travail et de la prévention des risques professionnels
Quant à l’amélioration de la santé au travail, elle met à profit une approche élaborée en lien avec le Comité de l’Hygiène, de la Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), véritable force de propositions qui relaie les besoins exprimés sur le terrain. « Nous avons par exemple développé un volet dédié à la prévention des troubles musculo-squelettiques, associant un kinésithérapeute référent rattaché à la direction des ressources humaines. Ce qui nous a permis de mettre en place une offre de formation ciblant les besoins des différents métiers dans les secteurs à risque, comme l’utilisation des équipements d’aide à la manutention », explique Dorota Roll, responsable des conditions de travail et de la prévention des risques professionnels.
 
En parallèle, l’hôpital Foch s’est rapproché d’un organisme agréé Sport et Santé afin de proposer à ses salariés une prise en charge globale et individualisée. « Cette démarche permet à chaque agent qui le souhaite de bénéficier d’un bilan personnalisé afin de mieux cibler le type d’activité physique qui lui conviendrait. Nous avons déjà créé des cours de yoga, une activité accessible à tous et qui permet d’alléger la charge mentale. Elle rencontre un vrai succès ! Nous l’avons rapidement complété par des cours de fitness et, plus récemment, par de l’aviron, dont les bénéfices sur la santé et les capacités de concentration sont reconnus. L’enjeu étant de cibler en priorité les personnels faisant très peu de sport par ailleurs », poursuit-elle. Retenues pour leur impact sur l’équilibre physique et psychique, ces trois activités seront complétées une fois les besoins des salariés mieux cernés.

Une attention particulière est en outre apportée à la prévention des risques psycho-sociaux. Consciente qu’une stratégie pertinente peut difficilement être mise en œuvre sans moyens dédiés, la direction des ressources humaines et la médecine du travail ont créé un poste à mi-temps de psychologue du travail. « Arrivé en septembre dernier, il traite des situations individuelles liées au travail, mais aussi des situations collectives au sein des services de soins, qu’il accompagne pour créer une communauté de travail fonctionnelle », précise Dorota Roll.

S’inscrire dans une démarche pérenne

« L’hôpital Foch se distingue par une forte culture de prévention des risques professionnels, autour de laquelle se mobilisent les équipes de direction et d’encadrement, signale Floriane de Dadelsen. La démarche est donc structurée de longue date, ce qui nous permet désormais d’innover pour mettre en œuvre des actions complémentaires ». L’établissement dispose ici de nombreuses forces, à mettre en regard avec sa taille humaine et l’esprit de cohésion qui anime son comité de direction – dont les effets se ressentent sur la 
cohésion interprofessionnelle de ses équipes. « Là où de nombreux hôpitaux distinguent la gestion du personnel médical de celle du personnel non-médical, Foch a choisi de les réunir au sein d’une direction des ressources humaines unique. Nous pouvons donc mettre en œuvre une stratégie cohérente de prévention des risques professionnels et d’amélioration de la qualité de vie au travail, qui s’applique de manière égale à l’ensemble de nos salariés », ajoute Dorota Roll.

« Nous mettons d’ailleurs un point d’honneur à solliciter leur avis pour les actions qui les concernent, mais aussi à évaluer régulièrement les actions menées afin de les inscrire dans une démarche pérenne et maintenir une dynamique d’ensemble. Cette approche participative semble trouver des échos positifs sur le terrain, en témoignent les bonnes relations que nous entretenons avec les partenaires sociaux », poursuit Floriane de Dadelsen. Une stratégie que l’hôpital compte bien poursuivre, ainsi que le démontrent ses nombreux projets pour les mois à venir : « Nous souhaitons nous concentrer sur la prévention des risques professionnels chez les équipes de nuits, mais aussi identifier ceux, parmi nos salariés, qui sont également aidants familiaux, afin d’adapter les plannings dans la mesure du possible », indique Dorota Roll. « Il s’agira, enfin, de continuer à mettre à profit les outils numérique pour améliorer toujours mieux la communication interprofessionnelle et avec l’équipe d’encadrement. Nous souhaitons pour cela créer un ‘FabLab’, ou atelier de fabrication numérique, afin de cibler au mieux les attentes de chacun », annonce Valérie Moulins. Gageons que l’hôpital Foch continuera de nous surprendre !

Article publiée dans le numéro 40 d'Hospitalia, magazine à consulter en intégralité ici.

 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter