Connectez-vous S'inscrire
Actu

Le Think Tank Innovation Days formule 16 recommandations d’actions pour une politique volontariste de l’innovation en santé en France


Rédigé par Rédaction le Mercredi 3 Mars 2021 à 11:17 | Lu 346 fois


Amgen Innovations, BioLabs, la Fondation Université de Paris, Roland Berger et Unicancer, réunis au sein du think tank éphémère Innovations Days, ont présenté leurs 16 recommandations d'actions pour accélérer l'innovation en santé en France. Des propositions concrètes pour que l'innovation ne soit plus un parcours du combattant pour celui ou celle qui la développe, soit soutenable et profitable au système de santé et réponde vraiment aux besoins des professionnels de santé et des patients.



Les cinq partenaires des Innovations Days souhaitent éclairer la décision publique au travers de recommandations concrètes pour stimuler l’innovation en santé. Ils apportent une vision constructive, en faveur d’une politique d’innovation volontariste s’appuyant sur les forces présentes sur le territoire. Réunis sous la forme d’un think tanképhémère, ils ont contribué dans un temps restreint à un nouvel exercice de débat citoyen. La force de la démarche tient aussi à la diversité des partenaires qui la portent - preuve de l’urgence de solutions partagées : Amgen Innovations, BioLabs, la Fondation Université de Paris, Roland Berger et Unicancer.

Leurs 16 recommandations sont issues du travail collaboratif et digital de 100 représentants de tout l’écosystème de santé - chercheurs, soignants, patients, industriels, startupers et décideurs. Elles font écho à l’ambition du Gouvernement, affirmée au lancement du 9e Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) le 11 février dernier : « Faire de la France la 1ère nation européenne innovante et souveraine en santé ».

Leur rapport a été remis à la Présidence de la République, au Premier Ministre, au ministre de la Santé, au ministre de l’Enseignement Supérieur, au ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, au secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé de la transition numérique, ainsi qu’à la Direction générale des entreprises, à l’Agence du numérique en santé et à la Délégation ministérielle du numérique en santé. Mais aussi aux Académies de médecine, de pharmacie, des sciences, et des sciences morales et politiques, ainsi qu'à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).
 

Innovation santé : le “French paradox”

De nombreux observateurs avisés font le constat que la France a tout pour réussir la révolution de la santé. Elle regorge d’entreprises de biotech et de medtech, capables de développer des solutions innovantes améliorant les pratiques de soins et la qualité de vie des patients. Notre système de santé, solidaire, est à la tête de deux des plus grandes bases de données au monde. Notre recherche scientifique, technologique et médicale assure à la France une réputation d’excellence.

Pourtant, dans un monde d’innovation « ouverte », la France peine à transformer ces atouts en réussites, voire décroche... Les crédits publics en R&D pour la santé ont diminué de 28 % entre 2011 et 2018, alors qu’ils augmentaient de 11 % en Allemagne et de 16 % au Royaume-Uni sur la même période, d'après la note du Conseil d'analyse économique, janvier 2021. Toujours selon cette note, la France n’est que 32e au classement 2016 de la Banque Mondiale sur les collaborations de R&D université-industrie. Même avec 18 start-ups de biotech et medtech pour 1 million d’habitants, contre 10 seulement aux États-Unis (source : France Biotech et BCG, Rapport La French Health Tech, novembre 2017), notre pays n’arrive pas à donner toutes leurs chances à des Moderna, des Valneva... La filière healthtech européenne et française, quoique dynamique, peine à combler son retard sur les États-Unis en matière de financement.

La pandémie de Covid-19 agit comme un révélateur de faiblesses depuis longtemps connues, pouvant expliquer pourquoi la recherche française n’a pas su découvrir les premiers vaccins : financements en baisse, structures de recherche inadaptées, éparpillement des moyens, manque de coopération public-privé...

Pour que l’innovation soit une réalité

La crise sanitaire démontre aussi la capacité du monde de la santé, dans l’urgence, à mobiliser les énergies et lever les blocages, comme il l’a fait pour accélérer le déploiement de la e-santé. Les idées abondent pour stimuler, accueillir et développer l’innovation, qu’elle soit thérapeutique, technologique ou organisationnelle. Mais alors, comment mettre ces idées en synergie et en action ? Comment accélérer la transformation de l’écosystème de l’innovation au service d’un trio gagnant : le patient qui la reçoit, le soignant qui l’utilise et le financeur qui la soutient ?

Les Innovations Days ont justement été conçus comme un catalyseur, afin de co-construire une nouvelle dynamique pour l’innovation. Une centaine de participants ont émis 135 idées lors d’un parcours digital individuel d’idéation (Plateforme en ligne permettant de collecter des idées). De là, 64 propositions ont été élaborées en web-ateliers multidisciplinaires (représentants de patients, de la recherche, de l’entreprise, des institutions...), ramenées à 32 puis à 16 au terme d’échanges itératifs. Quatre champs thématiques guidaient la démarche, pour faire de la France une terre de champions, faciliter le changement d’échelle pour mieux déployer les succès, favoriser l’usage optimal et responsable des data “humaines”, enfin préparer l’avenir du soin en impliquant les soignants et les patients.

Au final, les recommandations, dont chacune s’accompagne de propositions d’actions concrètes, dessinent une trajectoire pour une innovation qui ne soit plus un parcours du combattant pour celui ou celle qui la développe, qui soit soutenable et profitable au système de santé et qui réponde vraiment aux besoins des professionnels de santé et des patients.

Les leviers

Les leviers identifiés de cette transformation sont les suivants :

• Une gouvernance nationale proactive et incitative, incluant une représentation de la démocratie sanitaire et de tous les acteurs de santé publics et privés du domaine de la recherche, du soin et de l’entreprise.
Recommandations associées : 1 - 2 - 5 - 14

• Une organisation plus intégrée de l’écosystème, car l’existence d’organismes dispersés et fonctionnant en silos nuit à la dynamique d’innovation ; cela crée une complexité favorisant des lenteurs et des lourdeurs bureaucratiques, alors qu’il y a nécessité de réduire et cadrer les délais administratifs.
Recommandations associées : 1 - 3 - 6

• Une évaluation des innovations repensée à l’aune des bénéfices qu’elles apportent simultanément aux patients, aux soignants, au système de soins et aux investisseurs. Recommandations associées : 2 - 3 - 13

• Un écosystème de financement mobilisant la commande publique et le capital-risque, pour ouvrir aux innovateurs des débouchés préférentiels en Europe et soutenir leur développement par les moyens adéquats, dont des fonds spécialisés en santé et pourquoi pas un Nasdaq européen.
Recommandations associées : 2 - 4 - 7 - 8

• Une information claire des usagers sur les data, leurs bénéfices individuels et collectifs, et le besoin de les rendre interopérables et utilisables par ceux qui peuvent les transformer en bénéfices de santé.
Recommandations associées : 9 - 10 - 11 - 12 - 13

• L’implication des usagers tout au long du processus d’innovation, de la conception, jusqu’à l’évaluation et la diffusion, afin d’assurer l’intérêt des projets et leur bonne réception. 
Recommandations associées : 1 - 2 - 5 - 13 - 15 - 16

CONSULTER LE RAPPORT.
 

Le mot des partenaires

Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale, Amgen France : « L’innovation en santé requiert un écosystème très diversifié réunissant des acteurs d’origines et d’expertises multiples et dont les objectifs doivent converger. Les Innovations Days s’inscrivent parfaitement dans cette logique. Parmi les leviers identifiés pour accélérer l’innovation, des remboursements temporaires, conditionnels, permettraient de tester l’innovation et de répondre à un plus grand nombre de situations ».

Jean-Jacques Yarmoff, Responsable stratégie internationale, BioLabs : « Dans les Innovations Days, nous retrouvons notre vision de promouvoir l’innovation en santé, d’aider les entrepreneurs et de participer au développement de la recherche médicale. Une gouvernance nationale est indispensable, notamment en termes de délais : il faut actuellement 30 jours pour obtenir l’autorisation de lancer une étude pour tester un nouveau produit aux États-Unis contre 180 jours en moyenne en France ».

Gérard Friedlander, Délégué Général, Fondation Université de Paris : « Pionnière dans la dissémination des connaissances notamment dans le domaine de l'intelligence artificielle en santé, Université de Paris représentée par sa Fondation ne pouvait que répondre présent pour participer activement aux Innovations Days. L’innovation est par définition disruptive et bouleverse l’ordre établi : il ne faut pas l’appréhender sous l’angle du coût, mais des bénéfices pour les malades et la société ».

Alain Chagnaud, Directeur associé, Roland Berger : « La santé est un domaine stratégique pour la France, qui peut compter sur l'implication de ses entreprises. Celles-ci doivent avoir les moyens d'assurer leur compétitivité, dont l'innovation est la clé. Les Innovations Days participent à cette dynamique, en rassemblant différents acteurs du secteur pour établir une feuille de route efficiente. Les entreprises doivent non seulement avoir un accès facilité à des financements publics à l'innovation mais aussi aux données collectées en France, afin qu'elles se développent et changent d'échelle ».

Jean-Yves Blay, Président, Unicancer : « Le cancer reste la première cause de mortalité prématurée en France, l'innovation est donc la première réponse à apporter à cette problématique de santé publique. Collaborer avec tous les acteurs du système de santé permet de découvrir de nouvelles pistes de recherche et de soins ».
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris