Connectez-vous S'inscrire



Actu

LE PORTE-ÉTENDARD D’UNE MÉDECINE HUMAINE ET D’EXCELLENCE


Rédigé par Rédaction le Mardi 26 Mars 2019 à 15:29 | Lu 667 fois


60 ANS DES CHU / LES HOSPICES CIVILS DE LYON

DEUXIÈME CHU DE FRANCE, LES HOSPICES CIVILS DE LYON DISPOSENT D’UN VASTE ENSEMBLE DE QUATORZE ÉTABLISSEMENTS ARTICULÉS AUTOUR DE 22 PÔLES D’ACTIVITÉS MÉDICALES. TOTALISANT PLUS DE 5 300 LITS ET PLACES, CETTE INSTITUTION DE PREMIER PLAN, VÉRITABLE INCARNATION DE L’EXCELLENCE HOSPITALO-UNIVER- SITAIRE, S’ENGAGE DANS UN NOUVEAU PROJET D’ÉTABLISSEMENT MATÉRIALISANT UNE VITALITÉ RETROUVÉE. RENCONTRE AVEC SA DIRECTRICE GÉNÉRALE, CATHERINE GEINDRE.




Catherine Geindre, Directrice Générale
Catherine Geindre, Directrice Générale
 Quels sont à votre sens les principaux atouts des HCL ?

Catherine Geindre :
Les Hospices Civils de Lyon sont la seule institution, avec l’AP-HP, à proposer une offre de soins complète, qui couvre l’intégralité des groupes homogènes de séjour (GHS), tout en intégrant de nombreux centres de référence nationaux. L’attractivité de cet établissement public d’excellence va donc bien au-delà de son bassin de population puisque, outre les 7,7 millions d’habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les HCL accueillent des patients en provenance d’autres régions. Ils se démarquent par ailleurs par leur grand dynamisme en matière d’enseigne- ment et de recherche en concourant, chaque année, à la formation de 900 internes et 1 850 étudiants en médecine, et en représentant le premier pôle régional de recherche sur plusieurs thématiques majeures (cancérologie, hématologie, immunologie, maladies neuro-dégénératives, etc.). Mettant à profit leur ancrage au cœur de l’un des plus importants écosystèmes de biotechnologies et santé en Europe, ils disposent, enfin, d’un environnement scientifique et technologique particulièrement fécond pour multiplier les innovations diagnostiques et thérapeutiques.

Quels ont été vos projets les plus marquants de ces dernières an- nées ?

Confrontés à de lourdes difficultés financières dans les années 2008- 2009 – l’exercice 2008 s’était clos sur un déficit de 94 millions d’euros –, les HCL se sont engagés dans une poli- tique volontariste de redressement financier, tout en concrétisant un plan de transformation et de modernisation sans précédent de leurs établissements et de leurs prises en charge. Dix ans après, les résultats sont au rendez-vous grâce à la mobilisation des équipes, tous métiers confondus, et aux très nombreuses actions engagées au cours des projets d’établissement Cap 2013 et Horizon 2017. Les comptes sont désormais assainis avec, notamment, la réduction de la dette et un compte de résultat excédentaire de 7,5 millions d’euros sur l’exercice 2017, immédiatement réinvestis pour améliorer les conditions de travail et de prise en charge des patients. L'établissement a en outre profondément changé : fermetures de plusieurs sites et ouverture d'un nouvel hôpital, modernisation de plus de la moitié du parc hospitalier, regroupements et réorganisation des activités au gré des évolutions de la médecine et des technologies, ... Marqueur de la transformation interne, l’activité des HCL est d’ail- leurs en nette progression, s’établissant à +3,3% en nombre de séjours fin 2017 là où elle atteint +1,6% pour la moyenne des CHU.

Cette nouvelle dynamique permet désormais au CHU de porter des projets d’investissements ambitieux, qui fonderont sa physionomie de demain. Pouvez- vous nous en parler ?
Près de 137 millions d’euros seront en effet investis annuellement entre 2018 et 2023, pour notamment soutenir plusieurs opérations majeures. Après la réorganisation de l’offre d’imagerie médicale au sein d’un pavillon unique et rénové, la modernisation de l’hôpital Édouard Herriot se poursuit avec la mise en service du nouveau Pavillon H, qui regroupe les blocs opératoires et la réanimation et doit également accueillir les activités chirurgicales de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Desgenettes. L’hôpital pneumologique et cardiovasculaire Louis Pradel est pour sa part en cours de restructuration, tandis que les blocs opératoires, les urgences et les réanimations du CH Lyon Sud seront entièrement rénovés. Plusieurs chantiers concernent par ailleurs l’hôpital de la Croix- Rousse : construction d’un bâtiment consacré aux maladies infectieuses et transmissibles, extension des urgences et de la maternité, ... Enfin, l’hôpital Henry Gabrielle spécialisé en médecine physique et réadaptation, sera transféré sur le site de l’HIA Desgenettes à l’horizon 2023.
 
Ce changement de cap est matérialisé par le nouveau projet d’établissement Pulsations 2023.

Celui-ci marque en effet une rupture avec les précédents projets d’établissements, qui mettaient surtout l’accent sur le retour à l’équilibre budgétaire. La communauté de l’établissement a ici consenti à de nombreux efforts, et nous avons souhaité lui prêter une attention particulière en l’impliquant étroitement dans l’élaboration du projet Pulsations 2023 – dont l’appellation-même marque le nouveau souffle et la vitalité retrouvée des HCL –, et en donnant une place prépondérante au volet social et managérial. Cette co-construction a d’ailleurs initié une dynamique positive, en remobilisant les professionnels autour de trois ambitions transversales : conforter les missions de référence des HCL, reconnaître les patients comme de véritables partenaires, et promouvoir un management participatif pour améliorer la qualité de vie au travail tout en renforçant la performance collective. Ce sont là des enjeux structurant pour construire le CHU de demain en continuant de positionner les HCL comme le porte-voix d’une médecine humaine et d’excellence.
 

LE PORTE-ÉTENDARD D’UNE MÉDECINE HUMAINE ET D’EXCELLENCE
UNE HISTOIRE ÉTROITEMENT LIÉE à CELLE DE LA VILLE

• Fondé au XIIème siècle, l’Hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, où François Rabelais exerça entre 1532 et 1534, a été remplacé au XVIIème par l’Hôtel-Dieu actuel. Cette institution a rapidement coexisté avec l’Hôpital de la Charité, qui a lui-même pour origine l’Aumône générale fondée en 1533. Renommé Hôpital Général de la Charité - Aumône Générale - Œuvre des enfants trouvés en 1783, ce deuxième établissement se spécialise en gynécologie, obstétrique et pédiatrie.

• En 1796, les deux institutions sortent en mauvaise santé financière de la Révolution. Réunies, elles prennent le nom d’Hospices Civils de Lyon en 1802. Leur patrimoine hospitalier s’accroît progressivement tout au long des XIXème et XXème siècles avec, entre autres, les hôpitaux de l’Antiquaille (1845), de la Croix-Rousse (1861), Debrousse (1907), Édouard Herriot (1935), Pierre Wertheimer (1962), ou encore Louis Pradel (1969).

• Au début des années 1990, les HCL décident de regrouper leurs activités en trois grands pôles d’activités. Les deux décennies suivantes voient plusieurs hôpitaux fermer leurs portes (Debrousse, Antiquaille, Hôtel- Dieu, etc.) tandis que les ensembles hospitaliers du Nord, Sud et Est se densifient et se modernisent avec, notamment, la création du nouvel Hôpital Femme Mère Enfant (2008). 
 
Interview réalisée par Joëlle Hayek dans le numéro 43 d'Hospitalia, magazine à consulter en intégralité ici










CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris