Connectez-vous S'inscrire



SIS

De nombreux défis au service d'une ambition partagée


Rédigé par Admin le Lundi 1 Avril 2019 à 13:05 | Lu 1039 fois


Établissement support du GHT Lorraine Nord, le CHR de Metz-Thionville se démarque depuis plusieurs années par une stratégie numérique active, visant à relever les défis inhérents aux nouvelles organisations sanitaires tout en imaginant des usages pouvant donner corps à l’hôpital de demain. Les explications de son nouveau Directeur du Système d’Information, Michaël De Block. Par Joëlle Hayek



Michaël De Block, DSI du CHR de Metz-Thionville
Michaël De Block, DSI du CHR de Metz-Thionville
Quels sont vos principaux enjeux pour l’année 2019 ?
Michaël De Block :
Ceux-ci s’articulent autour des trois grands axes de développement portés cette année par le CHR de Metz-Thionville : renforcer la sécurité du système d’information (SSI) et structurer une équipe informatique de territoire, finaliser le nouveau Schéma Directeur des Systèmes d’Information (SDSI) en lien avec le projet médical, et soutenir l’émergence de nouveaux usages numériques au service des patients et de nos partenaires, en particulier à la ville. Cette stratégie numérique est fortement soutenue par Marie-Odile Saillard, Directrice Générale du CHR, et représente un enjeu structurant pour le projet qu’elle porte à l’échelle du Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Lorraine Nord.

Le chantier de la SSI a été initié dès votre prise de poste en septembre dernier.
Cet enjeu a en effet été identifié comme prioritaire : d’une part, l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données le 25 mai 2018 a mis la barre très haut en matière de sécurité informatique, tant sur le champ organisationnel que technique ; et de l’autre, le CHR, à l’instar des Centres Hospitaliers Universitaires français, a été désigné opérateur de services essentiels (OSE), ce qui lui impose de nouvelles contraintes en matière de SSI. Une vaste campagne lancée à l’échelle du GHT a ainsi permis d’effectuer une opération technique d’envergure dans la nuit du 5 au 6 février 2019, pour tester la qualité du réseau inter-hospitalier et redonder les installations en vue d’une meilleure continuité de service. Ce travail en profondeur sera progressivement étendu aux autres établissements du GHT, afin que tous puissent disposer d’une base technique suffisamment solide pour soutenir le développement de nouveaux usages numériques. 

Qu’en est-il de vos travaux autour du SDSI ?
En cours de finalisation, ce schéma directeur sera au service du projet médical partagé – notamment pour accompagner la mise en place des 13 filières identifiées au sein du GHT Lorraine Nord – et des nouveaux usages (développement de consultations avancées, territorialisation des parcours de soins, etc.), tout en répondant aux nouvelles dispositions introduites par la Loi Santé (mutualisation des ressources informatiques territoriales, convergence des SI hospitaliers,…).
 

De nombreux défis au service d'une ambition partagée
Justement, comment appréhendez-vous ces évolutions ?
En ce qui concerne la gestion des ressources humaines, nous recensons actuellement les compétences informatiques disponibles au sein des sept établissements partenaires, soit les six membres du GHT Lorraine Nord et l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Legouest qui y est associé, afin de constituer une équipe territoriale à même de relever les enjeux à venir. Sur le champ de la convergence des SIH, nous ne souhaitons pas faire table rase des outils métiers existants, dont les utilisateurs sont satisfaits, pour imposer une solution unique. Nous avons donc fait le choix de créer des passerelles afin de faire communiquer ce patchwork d’outils. La première étape consistera à mettre progressivement en œuvre une solution de fédération des identités. Nous commencerons ici par l’HIA Legouest, dont l’activité impose des précautions particulières, et devrions avoir couvert l’ensemble du GHT à l’horizon 2020, en lien étroit avec les acteurs de l’identitovigilance.

Quid de la convergence médicale ?
Celle-ci sera matérialisée par la mise en place d’un entrepôt de données, dont le cahier des charges est en cours d’élaboration avec la communauté médicale. Nous cherchons actuellement à identifier la typologie des informations qui y seront déversées et les cibles d’usage (recherche, statistiques, suivi des parcours territoriaux, etc.), pour développer un véritable écosystème numérique intégrant les dernières avancées technologiques – intelligence artificielle, Big Data, ... Nous mettrons également à profit cet entrepôt pour créer de nouveaux liens avec les usagers et les autres partenaires sanitaires et médico-sociaux, par exemple à travers un portail ville-hôpital.

C’est là un enjeu directement lié à votre troisième axe stratégique. Pouvez-vous nous donner ici quelques exemples ?
Plusieurs chantiers concernent nos partenaires libéraux et médico-sociaux et vont au-delà du seul échange d’informations : nous nous attacherons par exemple à développer des actions de télémédecine à destination des EHPAD. Nous avons, en parallèle, initié une réflexion autour du parcours numérique des patients pour penser leur accueil autrement, en leur proposant un module de pré-admission en ligne, des bornes d’accueil tactiles, des salles d’attentes équipées de mobilier communicant, des questionnaires de pré-consultation, etc. L’enjeu étant de fluidifier les parcours pré- et post-hospitalisation, en lien avec l’optimisation de la gestion des lits et le développement des prises en charge ambulatoires.

Votre feuille de route pour 2019 est loin de s’arrêter à ces trois axes.
En effet, parallèlement à ces travaux, nous nous attachons à nous mettre en conformité avec les autres évolutions légales, par exemple pour optimiser la gestion de demandes de transport à l’échelle du GHT, ou pour mettre en œuvre la sérialisation des médicaments. Nous cherchons, dans ce cas précis, à mettre à profit ce chantier pour refondre la logistique pharmaceutique, y trouver de nouvelles sources de valeur et, plus globalement, repenser le système d’information de la pharmacie en écho aux enjeux de maillage territorial. Ce sont autant de beaux défis en perspective !

Le mot de la fin ?
La création des GHT suscite de nombreuses craintes, particulièrement sur le champ des systèmes d’information, avec des exigences parfois perçues comme complexes à mettre en œuvre. Or ces inquiétudes n’ont à mon sens pas lieu d’être sous réserve d’avancer de manière pragmatique, en gardant à l’esprit que l’informatisation ne pourra être fonctionnelle que si elle ne perturbe pas les usages professionnels et qu’elle est source de valeur ajoutée. Il faut donc comprendre les pratiques et la manière dont elles s’articulent au sein du projet médical pour construire un système d’information solide, vecteur de retour sur investissement et se positionnant comme le socle des usages futurs. C’est justement cette ambition que nous avons pour le CHR de Metz-Thionville et, plus globalement, le GHT Lorraine Nord et son territoire sanitaire.

Interview réalisée par Joëlle Hayek dans le numéro 44 d'Hospitalia, magazine à consulter en intégralité ici


 










CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris