Connectez-vous S'inscrire

Le magazine de l'innovation hospitalière
Pharmacie

Au CHU d’Angers, une dynamique territoriale pour la sécurité médicamenteuse


Rédigé par Joëlle Hayek le Mercredi 15 Mars 2023 à 13:16 | Lu 1583 fois


Dans le Maine-et-Loire, l’expérimentation de pharmacie clinique Partage GHT 49 favorise la coordination interprofessionnelle entre la ville et l’hôpital pour sécuriser et optimiser la prise en charge médicamenteuse des patients âgés polymédiqués. Les explications de son instigatrice, le Dr Laurence Spiesser-Robelet, MCU-PH au CHU d’Angers, récemment récompensée pour cette initiative par le Prix de l’Ordre des Pharmaciens.



Le Dr Laurence Spiesser-Robelet, MCU-PH au CHU d’Angers. ©Direction de la communication - CHU d’Angers
Le Dr Laurence Spiesser-Robelet, MCU-PH au CHU d’Angers. ©Direction de la communication - CHU d’Angers
Dans quel contexte le projet PARTAGE GHT 49 a-t-il vu le jour ?

Dr Laurence Spiesser-Robelet : Tout a commencé en 2018. Cherchant à répondre aux problématiques de sécurisation et d’optimisation de prise en charge médicamenteuse dans le parcours de soins ville-hôpital au moment des entrées et des sorties d’hospitalisation, les pharmaciens du GHT Maine-et-Loire ont imaginé PARTAGE GHT 49, un projet collaboratif notamment basé sur le déploiement d’une plateforme numérique sécurisée de conciliation et de partage des données médicamenteuses. Prévue pour durer trois ans, l’expérimentation a obtenu une subvention dans le cadre du Fonds d’Intervention Régional (FIR) de l’ARS des Pays de la Loire, pour financer les abonnements à cette plateforme et permettre le recrutement d’un coordonnateur essentiel au maillage territorial. La phase de test a démarré en mars 2021 avec 35 pharmacies d’officine, avant d’être élargie dès le mois de juin à toutes les pharmacies du territoire. Le succès est rapidement au rendez-vous : en février 2023, pas moins de 215 officines – soit 92 % des pharmacies du Maine-et-Loire – participent à l’expérimentation, qui a déjà permis de prendre en charge plus de 5 500 patients.

Pourriez-vous nous en parler plus en détail ?

PARTAGE GHT 49 se concentre sur les patients de plus de 65 ans polymédiqués, car il s’agit d’une population particulièrement à risque de divergences non intentionnelles (DNI) de traitements à l’entrée et la sortie d’hospitalisation. Elle est en outre également concernée par les bilans partagés de médication effectués par les pharmaciens d’officine. Plus concrètement, lorsqu’un patient arrive au CHU d’Angers ou dans des établissements du GHT 49, sa pharmacie d’officine transmet, avec son accord, les ordonnances correspondant aux traitements suivis. L’équipe hospitalière de pharmacie clinique effectue ensuite la conciliation médicamenteuse à l’entrée puis veille à l’optimisation thérapeutique pendant l’hospitalisation. À la sortie du patient, un bilan médicamenteux de sortie est envoyé au pharmacien d’officine. Il permet d’indiquer l’ensemble des modifications de traitements intervenues suite à l’hospitalisation ainsi que leurs justifications permettant de faciliter les sorties d’hospitalisation et les conseils aux patients.

La dynamique initiée est donc très positive…

Ce processus clair et transparent favorise en effet l’exercice pluriprofessionnel. Les indicateurs d’activité de PARTAGE GHT 49 sont aujourd’hui très bons, et nous comptons produire à présent des indicateurs cliniques, pour mieux caractériser les DNI, identifier les classes thérapeutiques les plus à risque et quantifier les erreurs évitées en entrée et en sortie d’hospitalisation. Cela nous permettra de pérenniser voire d’étendre ce dispositif, devenu indispensable pour les pharmaciens dans le suivi médicamenteux des patients et dans les nouveaux liens entre les pharmaciens de ville et hospitaliers. Fort de ces résultats très encourageants, avec des coûts de départ modestes et des économies pour l’Assurance maladie, nous espérons, avec le soutien de l’ARS Pays de la Loire et de la DGOS, pouvoir inscrire dans la réforme du financement prévue pour 2024 les actes de pharmacie clinique réalisés dans les parcours de soins des patients, afin que ce type d’actions collectives ville-hôpital, comprenant l’ensemble des acteurs au service de la population, puisse être durablement financé.

Article publié dans l'édition de février 2023 d'Hospitalia à lire ici.
 
 







Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

Immeuble Newquay B / B35
13 rue Ampère
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr