Connectez-vous S'inscrire
Actu

Pandémie : Alima alerte sur la gravité de la situation en Afrique


Rédigé par Rédaction le Vendredi 20 Mars 2020 à 09:40 | Lu 1901 fois


Depuis plusieurs jours, le nombre de personnes contaminées par le SARS-CoV-2, en Afrique, ne cesse d’augmenter. Cette arrivée tardive sur le continent africain inquiète les organisations internationales dont Alima qui redoute un taux de mortalité trois à cinq fois supérieurs à ceux du reste du monde.



©DR
©DR
« L’épidémie de Covid-19 a touché plus tardivement les pays africains, mais le nombre de personnes contaminées ne cesse d’augmenter depuis plusieurs jours : 30 pays sur 54 sont désormais concernés, avec environ 500 cas détectes. » Tel est le constat que dresse l’organisation non gouvernementale (ONG) Alima (The Alliance for International Medical Action) dans un communiqué daté du 19 mars. Créée en 2009, l’ONG médicale humanitaire, très présente en Afrique, redoute cette arrivée « dans des pays dont les systèmes de santé font partie des plus fragiles au monde, avec des moyens très inferieurs à ceux qui sont mobilisés en Europe, en Chine ou aux Etats-Unis ». Les systèmes de santé étant plus fragiles, le matériel et le personnel insuffisant, l’ONG redoute un taux de mortalité lié au Covid-19, trois à cinq fois supérieur à ceux du reste du monde. « C’est juste une question de jours avant que le virus ne se propage davantage sur le continent africain. Or, en Afrique subsaharienne les systèmes de santé sont déjà très fragiles. Si l’épidémie se propage dans ces régions, il faudra s’attendre à̀ un taux de mortalité beaucoup plus élevé que dans le reste du monde » déclare Augustin Augier, directeur général d’Alima. 
 

Circulation difficile pour les ONG

Afin de venir en aide aux populations, l’ONG appelle à une « réponse collective et globale ». Elle alerte aussi sur les difficultés de circulation du personnel humanitaires et de l’acheminement de matériels dus en partie à certaines mesures préventives prises par les pays et notamment l’interdiction des vols internationaux. « L’envoi d’experts ou de médecins d’un pays d’Afrique à un autre est devenu impossible et le matériel médical ne peut plus entre acheminé dans les zones touchées », constate Alima. L’organisation appelle donc à « mettre en place le plus rapidement possible des dispositifs de laisser-passer pour toutes les ONG ».  
 

Premières actions d’Alima

Malgré la situation, l’ONG Alima a déjà effectué plusieurs actions sur le continent. Ainsi, au Sénégal, elle est en collaboration avec l’Institut Pasteur de Dakar et l’hôpital universitaire de Fan pour prendre en charge les cas suspects et confirmés. Au Cameroun, elle apporte un soutien technique à plusieurs hôpitaux. Au Burkina Faso, où le premier mort a été annoncé mercredi par l’organisation mondiale de la santé, l’ONG a décidé de se positionner en soutien aux structures officielles de santé. « Ces derniers mois, le pays a enté particulièrement affecté par les attaques des groupes armes, les structures de soins sont déjà en difficulté et ne seront absolument pas en mesure de tester et traiter les malades Covid-19, s’alarme Richard Kojan, médecin anesthésiste réanimateur et Président d’Alima, de retour d’une mission au Burkina Faso. Les équipes locales d’Alima vont tout faire pour apporter leur expertise technique nécessaire afin d’appuyer les autorités dans la coordination de la réponse au Covid-19. » 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris