Connectez-vous



Actu

OpenHealth Institute :
2 ans au service de la santé publique et des systèmes de santé

Rédigé par Rédaction le Jeudi 21 Décembre 2017 à 14:44 | Lu 370 fois


Lancé il y a deux ans, le 10 décembre 2015, l’OpenHealth Institute soutient des travaux de recherche innovants appliqués à l’analyse des données de santé à des fins de santé publique et d’évaluation des systèmes de santé. Il organise également des formations à distance ou en présentiel auprès des acteurs du secteur ou au sein de cursus spécialisés. En 24 mois, l’Institut a soutenu 20 projets de recherche innovants portés par des laboratoires de santé publique, épidémiologie, data science et sciences sociales de grandes universités françaises et internationales.



Les travaux soutenus touchent des domaines de recherche en santé très divers

Le 17 novembre dernier, l’OpenHealth Institute a organisé sa première session «Jeunes chercheurs ». L’objectif : réunir les récipiendaires d’une bourse de l’Institut (Master 2, doctorants et post-docs) pour une session scientifique de partage et d’échanges et dresser les contours de la recherche sur l’apport de l’analyse des données de santé. Les documents présentés lors de cette session sont disponibles sur le site de l’Institut (www.openhealth-institute.org).
 
Pour le Pr Jacques Demongeot, président du Conseil scientifique de l’Institut, la diversité des travaux soutenus illustre bien la valeur que les données de santé peuvent générer concernant l’amélioration des connaissances en santé publique et l’amélioration de l’efficience des systèmes de santé.
 
Du « traitement automatisé du langage naturel » à l’apport de la « téléphonie mobile dans l’estimation de la diffusion spatio-temporelle des épidémies », les travaux présentés offrent une large palette de thématiques. 

Ainsi, parmi l’ensemble des travaux soutenus, les bourses octroyées par l’Institut OpenHealth ont par exemple contribué :

o Au projet d’une post-doctorante en 1ère année au Centre de Recherche en Epidémiologie et en Santé des Populations (CESP), Inserm, qui a réalisé une mission post-doc de quelques mois à l’Université d’Amsterdam pour développer ses travaux sur les symptômes affectifs et comportementaux chez l’enfant et les liens avec la santé mentale à l’âge adulte.
 
o À financer le séjour de 2 mois au Boston Children’s Hospital d’un doctorant du LIMSI (Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur, Paris Saclay) dans le cadre de ses travaux sur le traitement automatisé du langage naturel pour analyser de gros volumes de dossiers patients.
 
o Au soutien d’une doctorante en 2e année de thèse en Santé Publique au Centre de Recherche Epidémiologie et Statistique, Sorbonne Paris Cité (CRESS), Inserm, pour effectuer une mobilité de 8 mois en Norvège et travailler sur la cohorte norvégienne mère- enfant Moba, du Norvegian Institute of Public Health, en lien avec son travail de thèse sur l’association entre l’exposition aux contaminants alimentaires en mélanges et la croissance des enfants.
 
o Au soutien d’un doctorant du SESSTIM, Inserm, Université d’Aix-Marseille, dans ses travaux sur la réutilisation des données de téléphonie mobile dans l’estimation de la diffusion spatio- temporelle des épidémies, appliqué au cas du paludisme au Sénégal.
 
o À la poursuite des travaux d’une doctorante en santé publique de l’école doctorale Sociétés, Politique, Santé publique de l’Université de Bordeaux, sur la prise en compte d’événements multiples pour analyser et prédire l’évolution d’un cancer.
 
 
Le Pr Marius Fieschi, président de l’Institut OpenHealth, s’est félicité de la qualité et de la richesse des sujets et des projets présentés pendant cette session : « Cela conforte la vocation de l’Institut OpenHealth de soutien à la dynamique et la valorisation de la recherche française dans le domaine de l’analyse des données de santé, en mettant au service des jeunes chercheurs un dispositif à la fois souple, rigoureux et indépendant »

2018, un nouvel élan pour la recherche autour et sur les données de santé

Au-delà de cette première session « Jeunes Chercheurs », et sur proposition du Conseil scientifique, le bureau de l’Institut a décidé l’attribution de 8 nouvelles bourses pour l’année 2017-2018, 7 destinées à soutenir des travaux de doctorants sur des thématiques innovantes dans le domaine de l’analyse des données de santé, une 8ème pour contribuer à la réalisation d’un projet post-doctoral au sein d’un laboratoire nord-américain.
 
L’OpenHealth Institute s’est également fixé pour objectif de contribuer à la diffusion des connaissances dans le domaine du traitement des données. Il poursuit son programme de formation à distance initié l’année dernière.
 
Le premier webinar de l’année, organisé conjointement avec le SESSTIM (Sciences Economiques et Sociales de la Santé et Traitement de l’Information Médicale, UMR912), aura lieu le 5 janvier 2018 autour de Guy Fagherazzi, INSERM Paris, et portera sur « L’épidémiologie moderne à l’ère du digital. Utilisation des objets connectés et des réseaux sociaux dans les études de cohorte ».
 
Le programme de formation se poursuivra tout au long de l’année 2018 avec des sessions consacrées au « Deep learning et applications en santé » ou à « l’Analyse visuelle de motifs temporels dans les données des dossiers patients ». 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter