Connectez-vous S'inscrire
Actu

Les propositions de l’Ordre des médecins au Ségur de la santé


Rédigé par Rédaction le Jeudi 2 Juillet 2020 à 13:40 | Lu 764 fois


Partie prenante du Ségur de la santé, l’Ordre national des médecins vient de publier ses propositions pour « une véritable réforme de notre système de santé ». Entre territoires, lien ville-hôpital, financement et prévention, cette contribution, rendue aujourd’hui publique, se veut être un moyen de « contribuer à l’émergence d’un système de santé véritablement équitable et novateur ».



©DR
©DR
Très impliqué dans les débats du Ségur de la santé, l’Ordre national des médecins vient de rendre publiques ses propositions dans le cadre d’une refonte du système de santé. « L’Ordre a émis, au cours du Ségur et comme il n’a de cesse de le faire depuis 2015, des propositions concrètes qu’il souhaite aujourd’hui rendre publiques », explique l’organisme dans un communiqué daté du 2 juillet. Divisés en quatre parties, ces propositions se penchent sur les principaux problèmes rencontrés avant et pendant la crise sanitaire : les liens avec les territoires, les liens entre hôpital, ville et secteur privé, le financement et la carrière médicale ainsi que la prévention. 

Le lien avec le territoire

Premier volet de cette contribution, « un nouveau pacte territorial de la santé », revient sur les besoins des territoires, des bassins afin d’organiser les soins et l’organisation de ceux-ci. Afin d’instaurer un renouveau dans cette relation entre santé et territoire, l’Ordre national des médecins propose, par exemple, de « donner la compétence santé aux communautés de communes, en soutien du rôle central des professionnels de santé de proximité » ou de « créer au sein des communautés de communes des Conseils territoriaux de santé, organisant et coordonnant les acteurs de santé locaux, quelle que soit leur configuration et évaluant leur action ». 


Hôpital, ville et secteur privé

« L’une des fragilités principales de notre système de santé, évoquée par l’ensemble de ses acteurs, est le cloisonnement presque absolu entre l’hôpital et les autres secteurs de soin et le fonctionnement en silos », constate, comme beaucoup, l’Ordre des médecins. Cette problématique du manque lien entre ville, hôpital et secteur privé, l’organisme y revient dans la deuxième partie de ses propositions qui comporte plusieurs pistes de réflexions comme le renforcement de l’ouverture des GHT, les investissements dans le repérage des troubles mentaux ou la facilitation de la mixité des exercices entre l’hôpital et les secteurs libéral ou privé. Outre ces points, l’Ordre demande également « de généraliser définitivement l’usage du Dossier médical partagé », « de redynamiser les échanges entre médecin traitant et médecin hospitalier en cas de prise en charge hospitalière », « de refonder le pacte liant l’université à la médecine de ville » et « de recentrer les urgences sur leurs missions en réinventant l’accès direct dans les services ». Autant de préconisations qui pourraient permettre à terme de limiter ce « fonctionnement en silos » qui, pour l’ordre, « complexifie le parcours de soins des patients, tant le cloisonnement est important en amont, pendant et en aval d’une éventuelle hospitalisation ». 


Médecins et prévention

Plus centré sur le métier de médecin, essence même de l’Ordre national, le troisième volet décrit dans ces propositions revient sur la fonction, la rémunération et les relations du médecin. Dans la continuité de la deuxième partie, l’Ordre propose la création d’un « baromètre du temps médical » visant à refonder la relation ville-hôpital. En plus de cela, l’organisme propose la mise en place d’un financement spécifique dédié à la qualité de vie des soignants, l’harmonisation de la couverture sociale des médecins ainsi qu’une valorisation, sur le long terme, des acquis d’expérience via un mécanisme de recertification. 
Dans une visée plus préventionniste, les dernières propositions de l’Ordre national des médecins portent sur une revalorisation de la médecine scolaire et du rôle des médecins de PMI. Pour aller plus loin, l’Ordre demande également une identification et une valorisation « des missions de Santé publique assurées par les médecins », et « en organiser la mise en œuvre dans des structures transversales ou d’exercice coordonné, en lien avec les médecins traitants ».



L'intégralité des propositions rendues publiques par l'Ordre national des médecins est téléchargeable ici : 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Voir également :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 13:59 Troyes accueille le congrès SHeIC 2020

Jeudi 24 Septembre 2020 - 11:17 Hoppen acquiert Cineolia







CONTACT

HOSPITALIA

39 rue de la Malouine
35800 Dinard 
Tél : 02 99 16 04 79
Email : contact@hospitalia.fr

Abonnement :
abonnement@hospitalia.fr

Siège social :
23/25 rue Jean-Jacques Rousseau 
75001 Paris