Connectez-vous S'inscrire
MENU


L’efficacité du cuivre contre les bactéries confirmée : 2 hôpitaux français publient les résultats de leurs tests

Rédigé par Rédaction le Jeudi 3 Juillet 2014 à 17:00 | Lu 6652 fois
Actu


À l’occasion du 25ème congrès de la Société Française d'Hygiène Hospitalière, les Centres Hospitaliers de Rambouillet et d’Amiens ont dévoilé les résultats de deux expérimentations qui confirment l’efficacité du cuivre contre les bactéries en milieu hospitalier. Métal naturellement antibactérien, le cuivre a permis de faire baisser significativement la présence de bactéries au sein du service néo-natalité du CHU d’Amiens (1). À Rambouillet en région parisienne, le taux d’acquisition de bactéries multi-résistantes par les patients du service de réanimation a diminué pendant toute la durée de l’expérimentation (2). Ces deux études françaises montrent que l’utilisation du cuivre est une piste de plus en plus concrète pour combattre le fléau des maladies nosocomiales, qui tuent 3 500 personnes par an (3) en France. Dans cette même dynamique, cinq EHPAD de Champagne-Ardenne vont s’équiper de cuivre et donnent le coup d’envoi de la plus grande expérimentation menée à ce jour sur le cuivre en établissement de santé.


L’efficacité du cuivre contre les bactéries confirmée : 2 hôpitaux français publient les résultats de leurs tests

2 études françaises confortent l’efficacité du cuivre contre les bactéries à l’hôpital

Du 4 au 6 juin 2014, le 25ème congrès de la Société Française d'Hygiène Hospitalière réunit à Marseille la communauté scientifique spécialisée. À cette occasion, deux hôpitaux français dévoilent les résultats très positifs de leurs expérimentations sur l’utilisation du cuivre dans la prévention des infections nosocomiales. Le Centre Hospitalier de Rambouillet et le CHU d’Amiens se sont équipés en 2011 et en 2012 d’éléments en cuivre labellisés Antimicrobial Copper (4)(poignées de porte, rampes d’accès, interrupteurs, plaques de propretés, etc.). L’objectif : mesurer la capacité de ce métal naturellement antibactérien à éliminer les bactéries in situ, y compris multi-résistantes, et à protéger les patients. Les deux études parviennent à des conclusions très prometteuses : elles établissent l’impact positif des surfaces de contact en cuivre pour lutter contre la transmission des bactéries multi-résistantes.

Poignée en cuivre Cu+ - CH de Rambouillet
Poignée en cuivre Cu+ - CH de Rambouillet
Le docteur Patrick Pina, responsable de l’équipe opérationnelle d’hygiène du CH de Rambouillet et auteur de l’étude explique : « Nous sommes aujourd’hui confrontés à une "épidémie" mondiale de bactéries multi-résistantes, responsables d’infections nosocomiales de plus en plus difficiles à traiter. Les résultats prometteurs que nous avons obtenus à Rambouillet plaident en faveur de l’utilisation du cuivre, associé aux mesures ayant déjà fait leurs preuves telles que les solutions hydro alcooliques. Nous tenons avec le cuivre une piste sérieuse de prévention de la diffusion des bactéries multi-résistantes. Il faut poursuivre dans ce sens et intensifier les recherches ».

Selon l’OMS, dans les pays occidentaux, au moins 7 personnes hospitalisées sur 100 contractent une infection nosocomiale et jusqu’à 30% des patients dans les unités de soins intensifs (5). En France, le nombre de décès liés à ces maladies est estimé à 3 500 par an (3), un chiffre supérieur au nombre de tués sur la route (6). La facture pour la Sécurité Sociale a récemment été estimée entre 3 et 4 milliards d’euros (7).

Surfaces de contact en cuivre : le taux d’acquisition et la présence bactérienne diminuent

En 2011, une étude américaine révélait que l’utilisation de surfaces en cuivre permet de réduire de plus de 40 % le taux d’infections dans les hôpitaux(8). Démarrée en septembre 2011, l’expérimentation de l’hôpital de Rambouillet a été la première à se lancer en France pour confirmer les résultats obtenus dans d’autres pays. Le service de réanimation a été équipé de rampes, poignées, robinets, interrupteurs en cuivre ou alliages de cuivre. Pendant près de 2 ans, les patients évoluant dans cet environnement ont été testés à leur admission et à leur sortie pour mesurer l’acquisition de bactéries multi-résistantes.
 
Les résultats dévoilés ce jour montrent que sur la période expérimentale, ce taux d’acquisition a diminué par rapport aux prélèvements témoins effectués en 2010. Ce résultat est d’autant plus prometteur qu’entre les deux périodes, le nombre de patients porteurs de bactéries multi-résistantes admis dans le service a augmenté, accroissant ainsi le facteur risque(2). 

Equipements en cuivre Antimicrobial Copper du service de réanimation de l’hôpital de Rambouillet. Les éléments choisis sont les surfaces les plus touchées par les patients et le personnel hospitalier et constituent des vecteurs de propagation des bactéries au sein des hôpitaux.
Equipements en cuivre Antimicrobial Copper du service de réanimation de l’hôpital de Rambouillet. Les éléments choisis sont les surfaces les plus touchées par les patients et le personnel hospitalier et constituent des vecteurs de propagation des bactéries au sein des hôpitaux.

En parallèle, les résultats de l’étude conduite en 2012 dans deux services pédiatriques (néo-natalité et réanimation pédiatrique polyvalente) du CHU d’Amiens Picardie sont publiés dans la revue Hygiènes (1). Là aussi, les conclusions sont positives. Durant 5 mois, 14 poignées de porte témoin en inox et 14 poignées en laiton, un alliage de cuivre spécialement développé par la société Favi, ont été testées régulièrement.
 

Résultats de l’étude conduite au CHU d’Amiens - Quantité de bactéries sur l’inox et le cuivre, par semaines de prélèvements
Résultats de l’étude conduite au CHU d’Amiens - Quantité de bactéries sur l’inox et le cuivre, par semaines de prélèvements
L’efficacité de l’alliage de cuivre est apparue à travers la différence de charge microbienne entre les deux matériaux : les poignées en laiton réduisent significativement la présence des bactéries par rapport à l’inox.
 
Les poignées de portes ont été installées dans les locaux où les problématiques infectieuses sont les plus importantes : consultation, toilettes, chambre de pédiatrie médicale, bureau des internes, box de soins intensifs, box de réanimation...
 
Cette étude a été co-pilotée par le laboratoire PériTox-INERIS, l’UFR de médecine de l’Université de Picardie Jules Verne et le CHU Picardie Amiens.

Coup d’envoi d’une expérimentation sans équivalent dans 5 EHPAD de Champagne-Ardenne

Convaincus du potentiel antibactérien du cuivre et de ses alliages, cinq établissements médico-sociaux(9) de Champagne-Ardenne (EHPAD ET MARPA) ont décidé de mettre en place le plus grand programme-test jamais conduit sur le sujet. Au total, 1000 poignées de porte et 1000 m de rampes en alliage de cuivre développé par Steriall/Le Bronze Industriel vont être installés. Les travaux ont déjà démarré dans l’EHPAD Wilson du CHU de Reims et s’achèveront cet été.
 
L’expérimentation se déroulera sur 3 ans maximum et mobilisera au total 600 résidents, 300 en chambres équipées de cuivre et 300 en chambres-témoins. Elle mesurera la capacité du cuivre à réduire le taux d’infections aigues au sein des maisons de retraite. Cette étude est pilotée par un comité scientifique composé de médecins et spécialistes des infections et a reçu le soutien financier de la région Champagne- Ardenne et de l’Union Européenne.
 
Le docteur Vincent Stoeckel, pilote du Comité scientifique explique : « Selon l’OMS, on s'achemine vers une ère post-antibiotiques, et les infections courantes pourraient devenir de plus en plus dangereuses pour les populations à risque comme les malades ou les personnes âgées. Le cuivre est une solution qui a déjà fait ses preuves, notamment aux Etats-Unis, et si cette expérimentation se révèle positive, elle pourrait permettre une avancée significative dans la lutte contre les bactéries dans les établissements de santé. »
Poignées de porte et rampes dans un nouvel alliage de cuivre Steriall labellisé Antimicrobial Copper installées dans l’EHPAD Wilson du CHU de Reims, le premier équipé parmi les cinq EHPAD de Champagne-Ardenne participant à l’expérimentation sur l’efficacité du cuivre contre les bactéries.
Poignées de porte et rampes dans un nouvel alliage de cuivre Steriall labellisé Antimicrobial Copper installées dans l’EHPAD Wilson du CHU de Reims, le premier équipé parmi les cinq EHPAD de Champagne-Ardenne participant à l’expérimentation sur l’efficacité du cuivre contre les bactéries.

À propos du Centre d’Information du Cuivre

Le Centre d'Information du Cuivre est l'organisation professionnelle des producteurs et des transformateurs de cuivre, chargée d'en promouvoir les applications sur le marché français. Le Centre du Cuivre a pour vocation de produire et diffuser les informations techniques relatives au cuivre et ses alliages, de faire connaître les meilleures méthodes de mise en œuvre des produits dans chacun de leur domaine d'emploi et d'en promouvoir l'utilisation. www.copperalliance.fr

Sources et références

(1) Étude de l’effet antimicrobien du laiton AB+® : pour une maîtrise des biocontaminations des équipes hospitaliers, A. Ruelle, M. Sion, C. Damiani, A. Totet, C. Segard, A. Leke, M. Biendo, F. Telliez, V. Bach, H. Khorsi-Cauet, Hygiènes, Juin 2014, Vol XXII, n°2
 
(2) Intérêt de surfaces sèches en cuivre dans la prévention de la transmission des BMR en réanimation, Dr Patrick Pina, 25e congrès de la Société Française d'Hygiène Hospitalière, 2014
 
3) Infections nosocomiales : nouvelles mesures de lutte et classement des établissements de santé & Mise en place des indicateurs de sécurité du patient et de qualité des soins, Ministère de la santé et des sports, Janvier 2009
 
(4) Lancée par l’International Copper Association (ICA) en mars 2010, la marque Antimicrobial CopperTM et son logo associé Cu+ distinguent les produits et surfaces de contact en cuivre ou alliages de cuivre à l’efficacité antibactérienne prouvée
 
(5) Infections nosocomiales : le respect de l’hygiène des mains par les agents de santé protège les patients, OMS, 2/05/2014, http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2014/hand-hygiene/fr/
 
(6) 3 250 victimes en 2013, chiffres issus du ministère de l’intérieur, janvier 2014
 
(7) Infections nosocomiales et trou de la sécu, (Dr) Philippe Garnier (épidémiologiste et biostatiticien), l’Harmattan, 2013
 
(8) Copper Surfaces Reduce the Rate of Healthcare-Acquired Infections Unit, Cassandra D Salgado, Kent A Sepkowitz, Joseph F John, J Robert Cantey, Hubert H Attaway, Katherine D Freeman, Peter A Sharpe, Harold T Michels, Michael G Schmidt Infection Control and Hospital Epidemiology, May 2013, Vol 34, No 5
 
(9) EHPAD Wilson à Reims, EHPAD Résidences d’Automne à Reims, EHPAD Sarrail à Châlons-en-Champagne, EHPAD Saint-Joseph à Châlons-en-Champagne, MARPA Les Charmilles à Courtisols




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017