Connectez-vous S'inscrire
Le magazine de l'innovation hospitalière
Actu

Intérim médical : la FEHAP approuve les mesures de régulation des rémunérations


Rédigé par Rédaction le Lundi 27 Mars 2023 à 10:45 | Lu 1048 fois


En prévision de nouvelles dispositions qui s’appliqueront dès le 3 avril visant à plafonner les rémunérations de l’intérim médical, la FEHAP rappelle qu’elle soutient la mise en place de procédure de régulation permettant de stopper le développement incontrôlé de ce type de pratiques.



Intérim médical : la FEHAP approuve les mesures de régulation des rémunérations
Le recours à l’intérim, même s’il est nécessaire pour assurer la continuité de service, a connu un essor phénoménal, avec pour conséquence une déstabilisation de l’équilibre financier des établissements de santé, qu’ils soient sanitaires ou médico-sociaux. Les mesures de contrôle et de régulation sont donc indispensables pour rétablir une situation saine et équitable pour tous, que ce soit pour les établissements mais aussi pour les professionnels du soin et de l’accompagnement.

La FEHAP, porte-parole de ses adhérents, apporte son soutien aux pouvoirs publics et attend, en retour, un financement juste et adapté à la contribution du secteur privé solidaire à la permanence des soins qu’ils soient programmés ou non. Il est logique que tous les établissements exerçant des missions de service public soient traités de manière équitable. Malheureusement, force est de constater qu’une différence de traitement perdure, notamment pour ce qui concerne les écarts de rémunérations entre le secteur public et le privé solidaire.

« Les adhérents de la FEHAP s’engagent à appliquer les tarifs plafonds, dans une logique de responsabilité et de solidarité. C’est en ce sens que la fédération avait soutenu les dispositions sur l'intérim en début de carrière dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023, finalement censurées par le Conseil Constitutionnel. L’encadrement de l’intérim est impératif au vu de ses dérives et des conséquences financières non négligeables pour les établissements de santé. », déclare Charles Guépratte, directeur général de la FEHAP.  






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter