Connectez-vous S'inscrire
MENU


Exercice civilo-militaire de décontamination chimique à Lyon

Rédigé par Service de santé des armées le Vendredi 2 Mai 2014 à 19:50 | Lu 188 fois
Actu


Un exercice de décontamination chimique a rassemblé,pour la première fois, étudiants et militaires, à l'hôpital d'instruction des armées Desgenettes


Des étudiants évalués par des militaires

Ce mercredi à Lyon, un exercice de décontamination s’est déroulé à l’hôpital d’instruction des armées de Lyon, avec la participation d’étudiants de l’hôpital Edouard-Herriot : il s’agissait de prendre en charge des victimes contaminées par du gaz sarin après l’explosion d’un colis piégé déposé dans une poubelle près des urgences de l’hôpital. 
Cet exercice a permis d’évaluer une vingtaine d’étudiants de l’Hôpital Edouard Herriot sur l’application pratique des procédures de décontamination. Des militaires d’active et de réserve de l’HIA Desgenettes ont joué le rôle de victimes à décontaminer et d’intervenants médicaux.
Le médecin Géraldine Jomir, réserviste opérationnelle de l’HIA Desgenettes, officiant au service de médecine nucléaire du Groupement Hospitalier Est des Hospices Civils de Lyon, a supervisé l’exercice. Elle explique : « outre la formation, la mise en œuvre et l’amélioration des protocoles de prise en charge, l’intérêt de cet exercice est de faire collaborer au sein d‘une même chaîne du personnel militaire et du personnel civil. »
Cet exercice concrétise la convention signée le 10 avril 2014 entre les Hospices Civiles de Lyon (HCL) et le service de santé des armées pour faciliter l’accès à la réserve opérationnelle du personnel des HCL. Dans la zone de Défense Sud-est, le Service de Santé des Armées (SSA) compte plus de 400 réservistes opérationnels dont 50 sont issus des HCL.





1.Posté par LEFEBVRE le 08/09/2016 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
depuis quand décontamine t-on des victimes d'un gaz ? Le Sarin est un gaz de combat synthétisé en 1942 par l'industrie allemande, qui est fugace s'il n'est pas stabilisé par des solvants adaptés.
c'est ce genre de scénario irréaliste, souvent base d'effet d'annonce, qui laisse à penser que les équipes d'intervention sont prêtes à agir en cas d'événement à caractère NRBC...je crains le pire en cas d'événement réel...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017