Connectez-vous S'inscrire
MENU


Deux ans après leur création à Lille, Lyon, Marseille et Paris, Générale de Santé conforte et étend le réseau de ses Instituts de Cancérologie

Rédigé par Rédaction le Mercredi 1 Octobre 2014 à 12:14 | Lu 339 fois
Actu


Deux Instituts du sein ont été créés en un an. Trois nouveaux Instituts seront créés d’ici la fin de l’année 2014.


Deux ans après leur création à Lille, Lyon, Marseille et Paris, Générale de Santé conforte et étend le réseau de ses Instituts de Cancérologie
Pour 2014-2019, le Gouvernement a annoncé son intention de consacrer 1,5 milliards d'euros à 17 objectifs opérationnels, notamment centrés sur la réduction des inégalités face à la maladie, la prévention, la qualité de vie des malades et la limitation des impacts du cancer sur la vie personnelle.
 
Générale de Santé a anticipé les priorités du Plan Cancer 3 défini par le gouvernement. Dès 2012, avec la mise en place de son Plan Cancer 2 et la création de ses 4 Instituts de Cancérologie, à Lille, Lyon, Marseille et Paris, Générale de Santé avait mis ces objectifs au cœur de son dispositif.
Le Groupe s’engageait en effet à organiser une prise en charge rapide, globale et personnalisée et un accès à l’ensemble des compétences et expertises en cancérologie, et aux différentes modalités de traitement (radiothérapie, chimiothérapie et chirurgie) sur le même site.
 
L’objectif de cette nouvelle organisation, résolument tournée vers le patient était :

- D’améliorer la prise en charge des patients et de leurs proches, de faciliter leur accès rapide aux professionnels des soins et renforcer la coordination entre eux,
- D’accompagner les patients les plus vulnérables avec la création du poste de coordinatrice du parcours de soins,
- De dynamiser la relation avec les professionnels de la ville, le médecin généraliste en particulier,
- De développer la recherche et l’innovation.

Deux ans après leur création, les Instituts de cancérologie de Générale de Santé affichent un bilan positif et de nouvelles ambitions pour les années à venir

Ce projet innovant dans le secteur de l’hospitalisation a permis des avancées marquantes : invention d’un nouveau métier – la coordinatrice du parcours de soins -, développement de la recherche clinique, étude sur les délais de prise en charge, structuration de l’après cancer (PPAC) ....
 
L’offre de soins des Instituts s’est élargie, notamment avec l’organisation de consultations en Oncogénétique sur site, qui offre de réelles perspectives pour les traitements ciblés et la médecine personnalisée.
 
Et le réseau s’étend : trois Instituts thématiques dédiés au traitement du cancer du sein  - deux ont déjà été créés à l’Hôpital Drôme Ardèche, à Valence (26) et à l’Hôpital privé de l’Estuaire au Havre (76) -, et un troisième ouvrira à la fin de l’année à la Clinique Saint Amé, à Lambrez-les-Douai (59).
Deux nouveaux Instituts de cancérologie verront par ailleurs le jour d’ici la fin de l’année, à l’Hôpital privé d’Antony (92) et à l’Hôpital privé Arras Les Bonnettes, à Arras (62).
 
« Véritables pôles de référence, ces établissements spécialisés offrent une organisation des soins et un dispositif d’accompagnement des patients et de leurs proches particulièrement qualitatif, efficient et lisible. Le label ‘Institut de Cancérologie’ est la garantie d’une prise en charge de qualité. L’organisation, l’information et la proximité sont au cœur des priorités », déclare Pascal Roché, Directeur Général du Groupe.
 
« L’oncogénétique est une discipline particulièrement prometteuse, qui permet notamment d’identifier d’éventuelles prédispositions génétiques au développement d’un cancer ou encore de vérifier l’efficacité d’un traitement. En y donnant accès dans ses Instituts, le Groupe permet à ses patients d’accéder à la médecine personnalisée de demain, encore appelée médecine de précision », souligne le Docteur Philippe Souchois, Directeur de la Cancérologie de Générale de Santé
 
 
Aujourd’hui, le Groupe poursuit le développement des actions déjà entreprises dans le cadre de son Plan Cancer 2, sur des registres incontournables :
- accès aux traitements personnalisés pour tous,
- organisation de « l’après-cancer »,
- accompagnement des patients les plus fragiles.

 
L’accompagnement des patients les plus fragiles s’est notamment traduit par la signature en 2014 d’une convention de mécénat avec Juris Santé. Composé de juristes spécialisés en droit de la santé et en droit social, cet organisme a pour mission d’apporter un soutien juridique et administratif au patient et à ses proches. 

Le groupe Générale de Santeé : la cancérologie en 2013

- Générale de Santé est le premier acteur national du secteur privé en cancérologie avec 4 Instituts de Cancérologie, 2 Instituts du Sein et 14 hôpitaux de référence en cancérologie en France.
 
- 25 800 patients ont été pris en charge en chirurgie du cancer en 2013 au sein des établissements Générale de Santé.
 
- 85 400 séances de chimiothérapie ont été réalisées en 2013 dans les 21 services spécialisés de Générale de Santé.
 
- 155 800 séances de radiothérapie ont été effectuées dans les 10 centres du Groupe en 2013.
 
- Environ 200 autorisations « traitement du cancer »
.
 


Le cancer en chiffres (source INCa)

- 3 millions de personnes vivent en France, avec ou après un cancer.
 
- 148 000 décès par an : première cause de mortalité prématurée en France devant les 
maladies cardiovasculaires, mais aussi première cause de mortalité évitable.
 
- 355 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année dont 59% chez les plus de 65 ans.
 
- 4 cancers représentent plus de 50% des cancers : sein, prostate, poumon et colon.
 
- 50% des patients atteints de cancer sont pris en charge dans le secteur privé. 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017