Connectez-vous S'inscrire
MENU


Résultats du Baromètre annuel du Développement Durable 2015

Rédigé par Rédaction le Vendredi 5 Juin 2015 à 12:57 | Lu 272 fois
Actu


Les résultats du Baromètre annuel du Développement Durable ont été dévoilés le 19 mai 2015 dans le cadre des Salons de la Santé et de l’Autonomie.


Résultats du Baromètre annuel du Développement Durable 2015

Le Baromètre du développement durable

Créé à l’initiative de la FHF, de la FHP, de la FEHAP et d’UNICANCER, en partenariat avec SHAM, le Baromètre du Développement Durable est une étude menée chaque année depuis 2008, visant à identifier les pratiques dans le domaine du développement durable et leurs évolutions au sein des établissements sanitaires et sociaux et/ou médico-sociaux en France. Plus de 600 établissements ont répondu entre février et avril aux 100 questions de cette enquête, représentés par 537 directeurs d’établissements, responsables DD, responsables RSE, chargés de projets RSE et chargés de mission QHSE.
 
Les répondants se répartissent comme suit :
- 43% d’établissements publics (CHU, hôpitaux publics, …)
- 16% d’établissements privés (cliniques, …)
- 41% d’établissements privés non lucratifs (EHPAD, accueil handicapés, centres de lutte contre le cancer, …).
 
Les résultats de ce baromètre permettent de disposer d’un éclairage représentatif au plan national sur les priorités des établissements en matière de développement durable, sur les modalités de pilotage et de financement de leurs actions, et sur la nature des démarches engagées dans les domaines suivants : responsabilité sociétale et environnementale, achats durables, construction, optimisation des ressources, économies d’énergie, green IT, réduction et valorisation des déchets, transports.

Focus sur les principaux résultats 2015

Le développement durable, une réelle préoccupation pour la plupart des établissements :
- 96% des établissements interrogés indiquent que le développement durable fait partie des sujets de gestion courante, et celui-ci s’intègre dans les projets stratégiques de 85% d’entre eux.
- Les trois mesures prioritaires visent à réduire l’impact environnemental de l’activité (pour 81% des établissements), à réaliser des achats durables (pour 73%), et à assurer le bien-être et la qualité de vie au travail des salariés (pour 71%).
- L’engagement dans le développement durable relève pour 39% des établissements d’une démarche volontaire, ou d’une démarche collective (21%), tandis que 18% sont motivés par une obligation volontaire.
- Pour 71%, ce sont les usagers qui sont les premiers bénéficiaires des projets de développement durable.
 
Une plus grande sécurité dans l’utilisation des produits toxiques ou à  risques environnementaux :
En 2015, 47% des établissements préfèrent systématiquement l’utilisation des produits sans risques pour l’environnement et les usagers, contre 42% en 2014. Des produits de substitution ont été choisis par 42% des établissements contre seulement 35% en 2014.
 
Une mise en place croissante, mais encore loin d’être généralisée, d’indicateurs de performance et de certifications :
- 58% des établissements ont mis en place des indicateurs pour le suivi de leurs actions de développement durable contre 54% en 2014.
- 35% d’entre eux ont mis en place un reporting RSE, notamment pour se conformer aux obligations de la loi NRE sur le reporting environnemental et social.
- En revanche, seuls 3% possèdent une certification ISO 14001, et 6% un Agenda 21.
- 48% des établissements effectuent des diagnostics de performance énergétique, tandis que seuls 39% d’entre eux réalisent des audits énergétiques et 38% des bilans gaz à effet de serre et bilan carbone.
 
Budget consenti au développement durable :
- Pour 48% des établissements, le développement durable n’appelle pas de budget particulier, reposant plutôt sur les changements d’habitude, de gestes, de comportements. Pour 26% d’entre eux, les coûts liés à ces actions sont directement imputés aux services concernés.
- 24% des projets sont financés sur des budgets ponctuels, et seulement 2% font l’objet d’une ligne budgétaire spécifique allouée pour l’ensemble de l’établissement.
- 1 établissement sur 3 calcule le retour sur investissement de ses actions.
- 1 établissement sur 3 a perçu en 2015 des aides ou des subventions pour soutenir ses actions de développement durable, les établissements publics étant davantage destinataires de ces aides.
- Les projets financés par ces aides portent sur la réduction énergétique (isolation, biomasse, audit et diagnostic énergétique, certificat), le traitement des déchets, l’utilisation de l’eau et la responsabilité sociétale (audits psycho-sociaux). Le nombre d’établissements ayant perçu des aides ou subventions est cette année en diminution.
 
Communication :
- 88% des établissements incluent des thématiques « développement durable » dans leur communication. L’essentiel de celle-ci est tournée vers les membres du personnel pour la quasi-totalité des établissements, mais aussi orientée vers les patients et résidents dans 65% des cas.
- La communication porte principalement sur la sensibilisation aux éco-gestes pour 86% des établissements ainsi que, pour 2 établissements sur 3, aux enjeux quotidiens du développement durable sous forme de conseils et d’informations générales.

Les démarches des établissements dans les différents champs d’action du développement durable

Santé et sécurité au travail :
- La quasi-totalité des établissements élabore un document unique des risques professionnels et possède des dispositifs de prévention des risques professionnels.
- Les mesures de prévention des TMS progressent, puisqu’elles sont adoptées par 78% des établissements en 2015 contre 75% en 2014.
- 56% d’entre eux ont mis en place cette année des mesures de prévention du stress.
 
Gestion des ressources humaines :
- Les actions en faveur de l’accès à l’emploi des personnes handicapées progressent en 2015 (+2%) pour s’étendre à 70% des établissements.
- Les actions en faveur de l’égalité homme/femme s’étendent également (+6%) avec 48% des établissements engagés dans ce domaine (75% des établissements privés lucratifs).
 
Qualité de vie au travail :
- 76% des établissements (+2%) s’impliquent dans l’amélioration de la vie au travail.
- 88% des établissements sont accessibles aux personnes handicapées et autant envisagent cette année des travaux pour améliorer leurs conditions d’accessibilité.
 
Formation :
Seuls 19% des établissements placent le développement durable parmi les priorités de leur plan de formation. Dans ce domaine, les principales formations dispensées portent sur les gestes et postures, la gestion des déchets et les achats durables.
 
Achats durables :
- 8 établissements sur 10 ont introduit des critères de développement durable dans leur politique d’achats, en particulier sur les postes de produits d’entretien, de fournitures de bureau et d’alimentation.
- 59% des établissements se déclarent prêts à payer un peu plus cher un produit ou un service qui répond à des critères sociaux et environnementaux, alors qu’ils étaient 63% en 2014. Mais de plus en plus intègrent dans leurs achats la logique de calcul en coûts complets qui traduit une meilleure maîtrise de l’enjeu économique des achats durables.
 
Construction :
- 86% des projets de construction intègrent une démarche de développement durable contre 91% en 2014.
- Les trois priorités du développement durable dans les projets de construction sont la performance énergétique et les économies d’énergie, le confort de vie et d’usage dans les bâtiments et l’optimisation financière.
 
Ressources : eau et électricité
- 4 établissements sur 5 ont connaissance de leur consommation d’eau et les efforts se poursuivent pour optimiser cette ressource, avec 2 établissements sur 3 qui pratiquent une politique de réduction d’eau.
- 4 établissements sur 5 ont connaissance de leur consommation d’électricité et 9 sur 10 mènent des actions pour réduire celle-ci, principalement en installant des lampes basses consommation, des détecteurs de présence pour l’éclairage, ou en effectuant des travaux d’isolation.
- 1 établissement sur 4 est en mesure de calculer précisément les économies d’énergie réalisées sur l’année. Selon leurs relevés, 40% des établissements ont réalisé entre 5 et 10% de réduction de leur consommation d’énergie contre 35% en 2014. Le recours aux énergies renouvelables a également progressé, cette pratique étant plus répandue dans les établissements publics.
 
Green IT :
- 82% des établissements (95% des établissements publics) ont dématérialisé leurs procédures.
- La majorité des acheteurs d’équipements informatiques privilégient les terminaux multifonctions et du matériel à consommation d’énergie réduite afin de diminuer l’empreinte carbone.
- Dans 3 établissements sur 4, les agents et employés ont été sensibilisés aux réflexes « développement durable », en particulier dans une utilisation plus économe des outils bureautiques.
- Si seulement 1 établissement sur 5 pratique la recharge d’encre pour imprimantes et copieurs, 89% des établissements publics recourent à la récupération de matériels informatiques dans des filières de collecte spécifique.
 
Déchets :
- La moitié des établissements produisent en moyenne moins de 500 tonnes de déchets par an, et 2 sur 3 sont engagés dans une démarche de réduction des déchets à la source, qui concerne principalement les déchets d’activité de soins à risque (DASRI), les verre/papier/carton et les consommables informatiques.
- Les établissements conjuguent également le tri sélectif, prioritairement pour les verres, papiers cartons, les DASRI et les piles usagées et accumulateurs.
- Si le volume des DASRI a légèrement augmenté, leur proportion diminue et la qualité du tri augmente nettement dans ce domaine.
 
Déplacements :
- 1 établissement sur 5 dispose d’une flotte de véhicules « propres » et/ou électriques. Cette proportion s’élève à 35% pour les établissements publics, pour qui ces véhicules représentent jusqu’à 10% du parc.
- Le nombre de mise en place de plans de déplacement augmente de 2% par rapport à 2014. Ceux-ci se traduisent par une augmentation du covoiturage, de l’utilisation des transports en commun et du vélo. 2 établissements sur 3 se considèrent facilement accessibles en transports en commun.
- Les établissements incitent les personnels, patients et visiteurs à utiliser des modes de déplacement alternatifs à  la voiture, en proposant des tarifs préférentiels ou une prise en charge partielle des abonnements aux transports en commun, l’installation de parkings à vélo et d’itinéraires vélo protégés et mènent également des actions de communication en ce sens.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017