Connectez-vous S'inscrire
MENU

La SFAR et l’AFIB, en liaison avec des industriels du SNITEM, invitent les établissements de santé à former des référents hospitaliers sur l’utilisation des dispositifs médicaux

Rédigé par Rédaction le Mercredi 18 Septembre 2013 à 13:25 | Lu 433 fois


À l’occasion de son Congrès organisé du 18 au 21 septembre à Paris, la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) a souligné, aux côtés de l’Association Française des Ingénieurs Biomédicaux (AFIB) et du Groupe Monitorage Ventilation Assistée et Perfusion (MVAP) du Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales (SNITEL), l’importance de former des référents en matériel au sein des établissements de santé, pour répondre aux exigences de sécurité des patients.


Cette démarche de sensibilisation auprès des établissements s’appuie sur un travail mené depuis plus de quatre ans par les trois organisations afin de renforcer la sécurité d’utilisation des Dispositifs Médicaux (DM) d’anesthésie et réanimation.

La sécurité constitue en effet la préoccupation majeure de la spécialité d'anesthésie-réanimation depuis de nombreuses années. Se déclinant tant au niveau de l’acte médical qu’à celui des équipements, elle implique non seulement des connaissances cliniques mises à jour régulièrement mais aussi une formation au fonctionnement et à l’utilisation du matériel.

Une formation garante de la sécurité

Aussi la SFAR, l’AFIB et le Groupe MVAP4 du SNITEM ont réfléchi à la manière de mieux articuler ce qui relève de la formation médicale continue (rôle des organisateurs de programmes de formation continue) avec les formations à la bonne connaissance et au maniement du matériel qui, elles, relèvent des industriels.

Mettant à profit les compétences de chacun, leur travail s’est ainsi orienté dans deux directions principales :

- La création d’un socle de connaissances (voir encadré 1) complété par un contrôle des connaissances électronique (e-learning). Ce socle de connaissances peut être repris par les fabricants qui pourront dès lors construire leurs documents pédagogiques portant sur l’utilisation des produits sur les mêmes bases que celles des cliniciens. Les industriels pourront par ailleurs remettre au responsable médical ou paramédical un questionnaire qui permettra d’évaluer le niveau de connaissance des utilisateurs sur leur matériel ;

- La définition du rôle de référent en matériel, professionnel de santé dont la fonction est de gérer le parc avec les ingénieurs biomédicaux et d’assurer la continuité de la formation (voir encadré 2). 

Projets et perspectives

C’est dans ce cadre qu’ont pu être conduites, en 2013, deux formations pilotes très concluantes. Si le champ d’application est vaste, la ventilation mécanique (anesthésie, réanimation et urgence) a été choisie pour débuter le projet.

Aussi les industriels du groupe MVAP du SNITEM se sont engagés à organiser des formations spécifiques pour les référents en matériel, et à mettre à leur disposition des outils pédagogiques. En effet la sécurité implique non seulement que le matériel fonctionne correctement (maintenance, check-list, autotest), mais également que les utilisateurs en connaissent le fonctionnement et sachent adapter les réglages au contexte clinique, que la surveillance alarmée soit effective et que les innovations soient présentées aux utilisateurs dans leurs aspects théoriques et pratiques.

De son côté, au-delà de la formation à l’utilisation des produits, la SFAR souhaite pouvoir intégrer la formation médicale de ces référents dans les programmes de développement professionnel continu, élaborés et mis en œuvre par les sociétés savantes, qui définiront les modalités de contrôle des connaissances.

Encadré 1 - La formation des utilisateurs

Les données fondamentales de la ventilation mécanique ont été groupées dans un texte de 50 pages et de 25 illustrations, accessible à tous et rédigé par des experts à la notoriété internationale. Sur les aspects relatifs à la formation à l’utilisation des produits, le texte a été soumis aux ingénieurs des fabricants, adhérents du SNITEM, pour vérifier que ces notions s’appliquent à tous leurs modèles de respirateur.

Cinquante Questions à Choix Multiples (QCM) permettent par ailleurs de tester les connaissances des participants. Ces données sont accessibles sur Internet et peuvent donner lieu à l’édition d’un certificat attestant que la personne a répondu correctement à au moins 80% des questions. Un document qui peut être utile à l’enseignant, au chef de service ou au responsable de Direction des Soins Infirmiers pour évaluer le niveau de connaissance de ses étudiants ou des professionnels de santé.

Encadré 2 - Le rôle des référents

Leur rôle peut se synthétiser en quelques grands axes :

Deux niveaux :

- Généraliste sur les processus, la pédagogie, les relations avec les acteurs

- Spécifique (respirateur, pousse-seringue, moniteur...) : connaissances techniques et
médicales.


Lors du choix, de l’achat et de la mise en service d’un nouveau matériel :
- Participation à la définition du cahier de besoins élaboré par les médecins

- Participation au processus de choix des matériels en relais entre les centrales d’achat, les
biomédicaux et les cliniciens
- Mise en œuvre des processus sécuritaires pendant les essais cliniques

- Mise en œuvre du paramétrage en liaison avec les biomédicaux et les industriels

- Participation à la formation des utilisateurs en cohérence avec les protocoles définis par les médecins
- Participation à l’inventaire du matériel et à la gestion du parc.

En routine :

- Formation des nouveaux arrivants sur la base de la formation initiale
- Suivi des accessoires et consommables des dispositifs médicaux
- Gestion du parc pour maintenir en permanence le même niveau de sécurité (rotation du
matériel pendant les opérations de maintenance, gestion du parc en cas de panne) en
collaboration avec le biomédical
- Participation à l’installation des mises à jour avec les industriels et les biomédicaux (exhaustivité, formation des utilisateurs)
- Remontée d’information en cas de problème lors de l’utilisation.

À propos des auteurs

- La SFAR, Société Française d’Anesthésie et de Réanimation, est une association selon la loi 1901, reconnue d’utilité publique. Elle a pour but l’étude, l’avancement et l’enseignement de l’anesthésie et de la réanimation. À ses objectifs initiaux, elle a ajouté deux objectifs innovants : en 1988, la sécurité de tous les gestes effectués par les anesthésistes réanimateurs et, en 2000, le soutien de la recherche en anesthésie-réanimation. La SFAR est la seule société savante nationale regroupant l’ensemble des médecins anesthésistes. Un groupe infirmière anesthésiste lui est rattaché.
www.sfar.org

- Fondée en 1982, l’Association Française des Ingénieurs Biomédicaux (AFIB) regroupe 350 adhérents sur les 500 ingénieurs biomédicaux exerçant en France. Ses activités sont très largement orientées autour de la formation et de la réflexion sur le métier, telles que des missions de veille technologique au travers de la participation volontaire d’ingénieurs à des congrès de spécialité, ce qui donne lieu à la rédaction de publications.
www.afib.asso.fr

- Créé en 1987, le Syndicat National de l'Industrie des Technologies Médicales (SNITEM) rassemble les acteurs de l’industrie des technologies et dispositifs médicaux y compris les NTIC impliquées dans la Santé. Il fédère quelque 350 entreprises françaises ou internationales dont la plupart ont la taille de PME ou d’ETI. Le SNITEM est ainsi la première organisation en France représentant les entreprises de ce secteur d'activité et l'interlocuteur privilégié et référent des Pouvoirs Publics.
www.snitem.fr
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | Les rencontres à faire sur les Salons Santé Autonomie 2015 | News | SSA 2015 | HospitaliaTV à la Paris Healthcare Week