Connectez-vous S'inscrire
MENU


Expérience réussie : la mise en place du DPI Cegi Santé au Centre Cardiologique d’Evecquemont (groupe FINEVE)

Rédigé par Rédaction le Mardi 24 Septembre 2013 à 17:30 | Lu 734 fois
SIS


Entretien avec Éric Boutard, directeur de cet établissement spécialisé dans le traitement médical des affections cardiaques et de réadaptation cardio-vasculaire, qui accueille 5 000 patients par an.


Expérience réussie : la mise en place du DPI Cegi Santé au Centre Cardiologique d’Evecquemont (groupe FINEVE)
Quels étaient les enjeux de l’intégration de la solution médicale CEGI ?


Éric Boutard : Nous avons tenu compte de deux éléments majeurs : les contraintes réglementaires du Contrat du Bon Usage et du Médicament (CBUM) d’une part, et l’échec d’un précédent projet informatique d’autre part. Aussi, nous souhaitions mettre en place une démarche totalement adaptée à l’ensemble des utilisateurs et répondre rapidement aux objectifs de réduction (voire de suppression) des documents manuscrits. Ce qui permettrait de rendre possible la consultation des informations en tout lieu et en temps réel.

Pourquoi la solution CEGI vous a-t-elle paru la mieux en adéquation avec vos besoins ?


Pour fédérer les équipes, un groupe projet très motivé avait été créé avec des référents métiers, constitué de médecins et de soignants. Face à cette équipe, Cegi Santé a fait preuve de professionnalisme et de réactivité en apportant des réponses efficaces à la structure et aux méthodes de travail. De ce fait, nous avons instauré un véritable dialogue qui a entrainé une adhésion naturelle de l’ensemble du groupe. Une fois le choix du logiciel statué, nous étions néanmoins confrontés à une problématique de mise en œuvre : service pilote puis déploiement global, ou lancement généralisé ? Quel service était prioritaire ? Imaginons qu’un patient change de service : partir d’un service informatisé vers un service à support papier pouvait poser un problème de cohérence. Rapidement, un démarrage simultané des 194 lits du CCE s’est imposé – défi de taille puisque Cegi Santé devait déployer simultanément différents services avec des spécialités très diverses - USIC (médecine d’urgence) et réadaptation, tout en enchaînant rapidement l’intégration des autres sites du groupe, soit le Centre Hospitalier Privé du Montgardé (MCO) et le Centre de Convalescence d’Aubergenville (SSR).

Comment s’est déroulé le déploiement ?

Avant la mise en œuvre des logiciels, une étude importante du système de sécurité en haute disponibilité a été menée par les équipes de Cegi - les médecins étant particulièrement inquiets des pannes éventuelles et des risques de coupures de serveur. Nous avons donc établi un rétro-planning pour le démarrage, et mis le site en production en juin 2011. Un groupe de référents a par ailleurs été mis en place dans le cadre d’un transfert de compétences, avant de former par la suite le reste du personnel de l’établissement. Le comportement global a été positif. Nous avions d’avantage de craintes concernant les médecins, qui ont finalement joué le jeu et adhéré à la démarche. Le Directeur des Systèmes d’Information (DSI) s’est en outre totalement impliqué en maitrisant tous les aspects du projet, aussi bien techniques que métiers. Il gère désormais gère l’ensemble du support de premier niveau, via un intranet qui transmet les demandes vers le service informatique. Il travaille par ailleurs en étroite coopération avec les équipes
de Cegi Santé.

Quels sont les bénéfices obtenus par cette solution?

Les soignants et les médecins attendaient que le logiciel structure d’avantage leur activité quotidienne, tout en souhaitant gagner en autonomie. Ainsi, lors de l’accueil du patient, le traitement personnel est saisi par l’infirmière. L’information est reçue instantanément aussi bien par la pharmacie qui peut dès lors commencer à préparer la prescription, que par le médecin qui, par système d’alerte, valide le document en temps réel et en mobilité. 
L’ensemble du personnel médical, notamment les médecins, accèdent constamment à l’information et utilisent spontanément les logiciels. Les sources d’erreurs sont quant à elles tracées et diminuent de manière significative.

Avez-vous d’autres projets ?

Les prochains logiciels à déployer avec Cegi sont les consultations médicales,
la gestion du Bloc opératoire, ainsi que les logiciels administratifs pour un 
système totalement intégré.
Le matériel devrait également être amené à évoluer, avec notamment le déploiement de davantage de tablettes pour les médecins - qui en sont très demandeurs. 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | Paris Healthcare Week 2017