Connectez-vous S'inscrire
MENU


Blanchisserie hospitalière : les puces dans de beaux draps

Rédigé par Rédaction le Vendredi 9 Janvier 2015 à 15:01 | Lu 1917 fois
Traçabilité


À la BIH de Saint-Germain-en-Laye, chaque drap est équipé de tag RFID UHF qui permet l'enregistrement de ses entrées et sorties puis son affectation à l'hôpital client. La solution innovante utilise un progiciel Track & Trace, en mode SaaS. Le retour sur investissement a été réalisé en quelques mois.

Par Luc Derriano – www.sipublic.info
Avec l’aimable autorisation d’UbiSolutions


Blanchisserie hospitalière : les puces dans de beaux draps
Quand technologie rime avec économie... Depuis septembre 2013, la blanchisserie inter-hospitalière (BIH) de Saint-Germain-en-Laye suit par système RFID UHF les draps qu'elle traite pour 20 établissements des Yvelines, des Hauts-de-Seine et du Val d'Oise. Cette innovation permet de tracer le linge depuis sa confection jusqu’à l’utilisation dans les services de soin.
 
La solution livre quatre indicateurs : quantité livrée, quantité en
retour, temps d'utilisation, pertes. Ubi Solutions a fourni les 40
000 tags RFID nécessaires et son Cloud pour exploiter les
données. Résultats : « 10.000 draps ont ainsi été économisés en
2014, représentant une économie de 50 k€, soit 12,5% du
montant d'achat annuel de 400 k€ », se réjouit Luc Videau. Le
directeur technique de la BIH a présenté ce bilan positif, à l'occasion du Congrès International RFID, organisé le 8 octobre 2014 à Marseille.

Cours du coton

Combien de draps ? Combien de temps entre ramassage du linge sale et livraison du propre ? Combien de pièces textiles pour assurer les livraisons ? Tous les articles livrés sont-ils bien revenus ? « Pour répondre à ces questions, les moyens de comptages traditionnels sont fastidieux et coûteux en temps comme en personnel », poursuit Luc Videau.
 
La BIH traite en effet le linge de 20 centres hospitaliers de région parisienne, soit 20 tonnes par jour : 10.000 draps, 4000 alèses, 12.000 vêtements professionnels, 5000 articles éponges... Pour cela, elle dispose de 130 agents et 10 camions. « La zone d'ombre est le stockage et l'utilisation dans les établissements », continue le directeur. Avec l'augmentation par 3 à 5 du prix du coton en 2009-2010, l'équation économique du puçage des draps devient favorable pour automatiser le processus. « Il y a 5 ans, le tag coûtait 0,5 € et un drap 1,5. Aujourd'hui, le drap revient à 5 € donc l'investissement sur la puce devient plus intéressant », justifie-t-il.
 
Les premiers tests avec des puces RFID sont réalisés dès 2012. « Mais les tags se détérioraient au bout de quelques lavages », se souvient-il. Le calcul économique se double d'un défi technique : la puce doit résister à une pression de 50 bars, à plus de 200°C et à 250 cycles de lavage, séchage et repassage. Fin 2012, de nouveaux tags sont utilisés sur 60% des draps neufs, grâce à un partenariat avec Ubi Solutions. L'entreprise fournit les 40 000 puces. Lesquelles sont envoyées au fournisseur Mulliez qui les adresse au Pakistan pour les coudre dans les ourlets des toiles.
 

Ubi Cloud

En juillet 2013, l'antenne de lecture est mise en place à la BIH : c'est le point de passage de tous les entrants. Derrière, une cabine permet de faire l'affectation client en sortie, en lien avec le système Cloud d'Ubi Solutions. Le progiciel décisionnel Track & Trace, en mode SaaS, est adapté à l'activité et construit « sur les technologies standards du marché: base de données SQL, langage .NET », précise le président Fabrice Zerah.
 
Le 3 septembre 2014, l'expédition des draps pucés dans les hôpitaux a fêté son premier anniversaire. Et les indicateurs parlent d'eux-mêmes. Le taux de retour du linge livré s'élève à 95%, avec 8 établissements sous cette moyenne. La durée moyenne d'immobilisation s'établit à 8 jours, avec 15 hôpitaux au dessus (jusqu'à 24 jours). « C'est important car l'hygiène du drap est garantie par le traitement uniquement durant 5 à 7 jours », reprend le directeur. L'hôpital du Vésinet sert d'ailleurs de site pilote pour le suivi des draps jusqu'au service, à l'aide d'une « raquette ». Les CH de Mantes et Nanterre devraient suivre.

Retour sur investissement

« Le chiffre qui fait le plus mal, c'est la perte de 19 draps pour 1000 livrés », avec 11 établissements entre 3 et 19, mais surtout 9 établissements entre 19 et 42 perdus ! Des pertes qui ont plusieurs causes : transfert des ambulanciers, linge jugé trop sale et jeté, textile utilisé pour autre chose, vol par les patients ou même les agents...
 
« Toutes les cliniques qui pratiquent le comptage sont passés à la facturation des draps égarés directement à ceux qui les perdent. Et nous y viendront probablement aussi dans le public », prévient Luc Videau. Autre gain attendu, alors qu'un drap devrait supporter 250 cycles de lavage, soit environ 3 ans de durée de vie, il ne dure actuellement pas une année... « Nous avons fêté récemment la puce qui a passé la centaine de cycles », constate-t-il. Fin 2014, 80% des draps livrés seront pucés. En 2015, il est prévu d'acheter les draps directement taggés. « Depuis début octobre, le tag est un critère technique de notre marché public », souligne-t-il.
 
Parmi les autres sources d'économie évoquées : étendre le puçage à tout le linge ; mettre en place
la règle un rendu, un livré ; déployer la traçabilité dans tous les services des établissements;
réduire le temps d'immobilisation du linge pour une meilleure qualité sanitaire et une diminution des
textiles immobilisés en stocks ...
 
À l'horizon de 3 à 4 ans, la BIH pourrait aussi utiliser la RFID pour
d'autres projets : délivrance de bons de livraison, des factures, inventaires mensuels... Quant à Ubi
Solutions, l'entreprise vient d'équiper l'APHP, soit 50 hôpitaux et plusieurs millions de draps. Bibliothèques et blanchisseries sont les premiers utilisateurs de technologie RFID, et dans ces deux cas, l'usage rime toujours avec ROI.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | Paris Healthcare Week 2017