Connectez-vous S'inscrire
MENU


ORNICARE, l’outil de coordination santé en Champagne-Ardenne

Rédigé par Rédaction le Mardi 2 Juin 2015 à 08:48 | Lu 413 fois
SIS


ORNICARE est une plateforme sécurisée de coordination et d’échange d’informations médicales, destinée aux professionnels de santé de Champagne-Ardenne. Mise en ligne en 2011, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé de Champagne-Ardenne et du GCS SISCA, ORNICARE est accessible aux professionnels de santé dès lors qu’ils deviennent adhérents d’un ou de plusieurs réseaux de santé (1) (ADDICA, CARéDIAB, RéCAP, RéGéCA et RPCA). Aujourd’hui, plus de 1.050 professionnels de santé utilisent ORNICARE et échangent des informations sur près de 17.000 patients. Mieux informés, les professionnels peuvent proposer, ensemble, une prise en charge cohérente et plus efficace. Tour d’horizon de cet outil de coordination qui, depuis son lancement, a inspiré les réseaux de santé d’autres régions.


Centraliser toutes les informations médicales d’un patient pour une prise en charge coordonnée et optimisée, tel était l’objectif principal du projet. ORNICARE s’est inspiré des différents systèmes de coordination de suivi de patients déjà mis en place par les réseaux de santé de Champagne-Ardenne.
 
Une réflexion a donc été menée, en lien avec les professionnels de santé, autour d’une plateforme commune à tous les réseaux pour mutualiser les moyens et réaliser des économies d’échelle.

ORNICARE : de quoi s’agit-il ?

Chaque professionnel de santé de Champagne-Ardenne qui adhère à l’un des cinq réseaux de santé peut, avec l’accord de son patient, consulter ou créer un dossier sur www.ornicare.fr. Objectif : communiquer plus facilement entre les professionnels de santé « usagers » du système, impliqués dans la prise en charge du patient, et mieux coordonner les soins proposés.
 
Cet outil sécurisé, accessible via Internet, offre également la possibilité aux professionnels d’accéder à des fiches thématiques (en fonction des réseaux : tabac, alcool, drogues, suivi de grossesse...) ou des bilans afin d’évaluer un niveau de dépendance aux drogues, par exemple, ou des grilles de fragilités pour les personnes âgées. Depuis le lancement opérationnel de l’outil début 2011, 1.050 médecins, diététiciens, infirmiers, orthoptistes, pédiatres, pharmaciens, podologues, sages-femmes... l’utilisent quotidiennement.

Une aide précieuse

Particulièrement utile pour les patients atteints de maladies chroniques comme le diabète, ORNICARE améliore la coordination, la qualité et la continuité des soins. L’outil permet d’avoir une vision chronologique et très concrète de l’état de santé du patient...
 
Le télédépistage de la rétinopathie diabétique est un parfait exemple de l’utilisation d’ORNICARE. L’orthoptiste effectue l’examen du fond d’œil du patient puis transfère les clichés, via ORNICARE, à l’ophtalmologiste. Ce dernier les interprète puis dépose son compte-rendu et la conduite à tenir dans le dossier du patient. Les résultats sont ensuite envoyés au patient et à son médecin traitant. Depuis sa mise en place en juin 2009, cette initiative a permis à près de 2.000 personnes atteintes d’un diabète, et qui n’étaient pas suivies par un ophtalmologiste, de réaliser un fond d’œil une fois par an. Sur l’ensemble des patients dépistés, 287 avaient une complication, soit plus de 14% de la population cible.

Des évolutions à venir en 2015

Après quatre années d’existence, ORNICARE est adopté par plus de 1.050 professionnels de santé de la région et contient près de 123.000 documents pour 17.000 patients, soit une moyenne de 7,2 documents par dossier. Mais son usage n’est pas encore optimal : de nouveaux utilisateurs sont attendus pour aller encore plus loin dans la coordination des soins et le service rendu au patient.
 
En 2015, de nombreuses évolutions sont programmées sur
ORNICARE pour les cinq réseaux de santé, comme par exemple
l’informatisation des fiches de transfert d’une maternité à l’autre et l’intégration d’outils permettant le suivi des enfants à risque de vulnérabilité pour le Réseau Périnatal de Champagne-Ardenne, ou encore l’évolution des fiches d’éducation thérapeutique du patient pour CARéDIAB.
 


(1) ADDICA (Addictions précarité en Champagne-Ardenne) & CARéDIAB (Champagne-Ardenne Réseau Diabète), RECAP (Réseau Champardennais Accompagnement et Soins Palliatifs), RéGéCA (Réseau Gériatrique Champagne-Ardenne) et RPCA (Réseau Périnatal de Champagne-Ardenne).




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | Paris Healthcare Week 2017