Connectez-vous S'inscrire
MENU


Maîtrise du risque escarre : la dynamique se poursuit en Île-de-France avec la première enquête de prévalence du risque, incluant 22 000 patients ou résidents

Rédigé par Rédaction le Mardi 22 Décembre 2015 à 10:20 | Lu 368 fois
Actu


Parce que l’immobilisation prolongée d’un patient peut entraîner des complications, l’Agence régionale de santé Île-de-France accompagne les professionnels depuis 2011 avec une démarche « clé en main » pour maîtriser le risque d’escarre. De septembre 2013 à juin 2014, l’ARS a ainsi mené une campagne régionale Sauve ma peau, maîtriser le risque d’escarre, qui a permis à 25 000 patients ou résidents identifiés à risque d’escarre, de ne pas en développer. Souhaitant pérenniser cette démarche et la déployer à l’ensemble de la région, l’Agence a proposé aux établissements sanitaires et médico-sociaux de réaliser une enquête de prévalence du risque escarre. Celle-ci s’est déroulée du 8 au 12 juin 2015 dans 249 établissements, volontaires pour améliorer l’efficience de leurs pratiques.


Objectifs et méthodologie

L’enquête s’est d’abord basée sur un état des lieux identifiant, un jour donné dans l’unité, le nombre de patients ou de résidents à risque d’escarre, ainsi que ceux porteurs d’escarres, en précisant, pour chacune, son stade, sa localisation et son lieu d’acquisition.
 
L’enquête a ensuite comporté un volet d’évaluation des pratiques de dépistage (traçabilité de l’évaluation et de la réévaluation du risque) et de prévention (supports adaptés et traçabilité des changements de position du patient). L’objectif de cette évaluation étant ensuite de réfléchir en équipe pluridisciplinaire à des pistes d’amélioration des pratiques, puis d’élaborer, mettre en œuvre et suivre un plan d’actions.

Des résultats instructifs

- 36% des 22 000 patients ou résidents enquêtés sont à risque élevé de développer des escarres, y compris dans le secteur sanitaire.
 
- 9,1% des patients ou résidents sont porteurs d’escarre, avec une moyenne de 1,4 escarre par patient ou résident. Près d’un tiers (32%) de ces escarres sont graves. Cette prévalence régionale est cohérente avec l’épidémiologie nationale décennale recueillie par l’association PERSE (Prévention Évaluation Recherche Soins Escarres).
 
- 47% des escarres sont acquises dans l’unité où est réalisée l’enquête. Les principales localisations sont le sacrum et le talon.
 
 
Concernant l’évaluation des pratiques :
 
- Une trace du dépistage à l’entrée est retrouvée dans 62% des cas, et une trace de réévaluation du risque en cours de séjour dans 57% des cas.
 
- Pour les patients résidents à risque d’escarre, les pratiques de prévention sont adaptées à 82% pour le matelas et à 62% pour les accessoires. Les changements de position sont mentionnés dans 70% des dossiers de soins.

Principaux enseignements

L’enquête souligne l’importance de la vigilance des professionnels dans la prise en charge d’un patient à risque, tout au long de son parcours. Leur réactivité dès l’apparition de la rougeur, stade précoce de l’escarre, facilement réversible, permet d’éviter l’escarre grave. La formation permet d’entretenir cette vigilance et cette réactivité et d’améliorer la pertinence des supports (matelas, accessoires). Les changements de position réguliers et tracés du patient résident représentent un outil essentiel et incontournable de maîtrise du risque d’escarre.
 
L’Agence souhaite poursuivre cette dynamique régionale et cette conduite du changement pour la maîtrise du risque escarre. Elle proposera, dans 2 ans, une nouvelle enquête régionale de prévalence, afin que les établissements ou structures puissent évaluer leur plan d’actions.
 
Cette action s’inscrit dans le cadre du programme EPOD (Efficience des Pratiques, des Organisations et de la Dépense) de l’ARS Île-de-France.  
Maîtrise du risque escarre : la dynamique se poursuit en Île-de-France avec la première enquête de prévalence du risque, incluant 22 000 patients ou résidents




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu | SIS | Sûreté | Restauration | Le Magazine en ligne | Biologie | Traçabilité | Imagerie | Pharmacie | News | SSA 2015 | Paris Healthcare Week 2017 | JFR 2017